IdéesRéflexions
A la Une

Les salons de coiffure pourront reprendre leur activité à partir du 11 mai

Cette reprise a été rendue possible grâce aux mesures de prévention prises par la profession pour la sécurité des clients et du personnel, agréées par les pouvoirs publics.

La coiffure est une activité importante qui s’est développée depuis les années soixante quand les coiffeurs pour dames, ont pris le pouvoir et ont popularisé leur activité, réservée à cette époque aux grandes occasions, avant, il n’y avait que des « barbiers », qui en fait coupaient les cheveux aux hommes, les femmes se débrouillaient à la maison.

Brusquement, les échoppes des barbiers ont cédé la place aux salons de coiffure, qui se sont répandus partout, à la vitesse des fleurs qui sortent du sable d’un désert, après la pluie.

Aujourd’hui, dans les villes, qu’elle qu’en soit la taille, si l’on fait le décompte des magasins par catégorie, les salons de coiffure arrivent généralement en tête, on en trouve même dans des villages reculés.

On imagine que les professionnels, privés de leur activité depuis près de deux mois attendaient avec impatience le feu vert pour la reprendre, mais les clients et surtout les clientes l’étaient autant, seulement il va falloir se plier à de nouvelles règles pour limiter les risques de contagion inhérents aux contacts, inévitables dans le cas de cette prestation.

Le coiffeur devra être équipé de masque et de lunettes ou d’une visière en plastique transparent qui couvre son visage, en étant très exposé au souffle des clients.

Dans les salons de coiffure, les clients devront être assis à plus d’un mètre d’un autre même lors du shampooing.

Le client, pour être admis devra porter un masque, dès son entrée au salon et tout au long de la prestation, un modèle à élastiques, pour permettre la prestation, que le salon peut lui fournir, bien qu’il soit préférable qu’il ait son propre masque.

Il devra aussi se laver les mains ou se les désinfecter à l’aide d’un gel hydroalcoolique, de plus, le salon devra fournir un peignoir lavé à 30° et séché au sèche-linge, ou une blouse à usage unique, à jeter après la prestation.

L’admission sans rendez-vous dépendra de l’affluence, par ailleurs, les mesures de sécurité auront forcément un coût, qui finira par être répercuté sur les tarifs.

Les salons ont jusqu’au 11 mai, s’ils veulent ouvrit à cette date, pour s’y préparer.

Booking.com

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.