InfosRéflexions
A la Une

Les limites de l’effacement sur internet

On entend régulièrement parler de plaintes pour faire retirer des publications sur internet. L’un des faits divers de ces derniers jours est une Grand-Mère qui a publié des photos de ses petites enfants sur les réseaux sociaux. Une plainte des parents, donc de ses enfants, a été déposé pour lui faire retirer ces publications, qu’elle refusait de supprimer.

La justice a tranché contre la Grand-Mère lui ordonnant le retrait des publications.

Effectivement, personne n’a le droit de publier des photos avec de femmes, d’hommes, d’enfants, reconnaissables, sans leur accord (ou l’accord des parents pour les enfants).

Pourtant, ces publications sans accords sont entrées dans les us et coutumes, qui n’a jamais publier de photos prises lors d’un mariage, d’un anniversaire, d’une soirée, … sur son compte Facebook, Instagram, …

Dans la majorité des cas, ça ne pose pas de problème et personne ne se plaint.

Maintenant, si quelqu’un se plaint que faire, le plus simple retirer la ou les photos qui posent problèmes, ne pas se faire trainer en justice avec tous les risques de perdre.

Seulement, lorsqu’une personne demande la suppression, de photos sur un compte d’un réseau social, ou bien un juge à la suite d’un procès, il y a une méconnaissance du fonctionnement d’internet.

Tout ce qui est publié sur internet a tous les risques d’être dupliqué à l’infini. Une photo, mise sur un compte Facebook a toutes les chances de se retrouver dupliqué sur un nombre important de sites, qui certains n’hésiteront pas à détourner les photos.

Si on publie une photo sur un réseau sociale où je suis reconnaissable, le plus simple n’est pas de demander à la personne qui l’a publié de la retirer, c’est fait … c’est trop tard … elle voyage à l’infini. Mais, lui dire que l’on n’apprécie pas et que l’on ne veut pas que cela se reproduise.

A la limite, on peut imaginer une décision de justice, qui n’oblige pas à retirer une photo déjà publiée (cela ne sert à rien), mais à interdire toute nouvelle publication sous peine d’amende en cas non-respect.

Une publication sur internet n’est pas un affichage sur un mur, dans la rue, qui est unique et que l’on peut retirer.

Internet est une sorte d’hyper photocopieur. Il faut y penser avant toute publication.

Booking.com
Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer