Accueil / Idées / Les liens Google actualités, Facebook, … vers les sites d’actualités

Les liens Google actualités, Facebook, … vers les sites d’actualités

liens1903Je lis beaucoup de choses sur le sujet, j’en discute régulièrement avec pas mal de monde, il y a du déperdition de clics vers les sites d’informations !

Pour résumer à l’extrême, il existe 2 types de site d’information.

Les premiers sont les sites d’informations eux-mêmes, tel que Le Monde, Le Figaro, Médiapart, ou des sites plus spécialisés comme RiskAssur-hebdo ou même notre-siecle.com (sur lequel vous êtes actuellement).

Les seconds sont des sites d’agrégation de l’information qui présentent juste des titres et quelques lignes, qui viennent des sites d’informations eux-mêmes. Ils se scindent en 2 familles, ceux qui réalisent ces compilations d’informations de manière totalement automatique, tel que Google Actualité et ceux sur lesquels des gens mettent eux-mêmes les titres et les liens, c’est ce que l’on peut voir sur les réseaux sociaux aussi Facebook, que Viadeo, LinkedIn, Twitter,…).

Et là je m’interroge, est-ce que les internautes cliquent sur les liens pour accéder aux articles eux-mêmes, ou se contentent-ils des titres et des quelques mots d’accompagnement ?

Au fil de mes lectures, il est clair qu’en grande majorité, les internautes se contentent des quelques mots présents sur ces sites d’agrégation d’informations. Qui génèrent du trafic grâce aux sites d’informations sans que les sites d’informations en profitent.

Si c’est le cas, on pourrait penser qu’il serait préférable que les sites d’informations ne publient pas leurs titres sur les sites d’agrégation d’information.

De prime abord, c’est une bonne idée, puisque presque personne ne semble cliquer sur les liens pour allers des sites d’agrégation aux sites d’informations.

Mais NON, ce n’est pas une bonne idée, car en étant absent des sites d’agrégation, les sites d’informations seraient rapidement oubliés et ils ne gagneraient pas un seul lecteur, bien au contraire, ils constateraient une érosion de leur lectorat.

Alors, ces sites d’agrégation d’information automatiques ou volontaires sont, en quelque sorte, un mal nécessaire. Ils gagnent de l’argent sur le dos des sites d’informations qui leur fournissent des titres et des liens et en contrepartie les sites d’informations restent connus.

Mais, il faudrait que les internautes jouent un peu plus le jeu et cliquent régulièrement sur les liens proposés depuis les sites d’agrégation vers les sites d’informations.

Clairement, pour que les internautes puissent continuer à lire des titres sur les sites d’agrégation, il faut que les sites d’informations existent et pour qu’ils perdurent, il faut que les internautes cliquent sur les liens vers les sites d’information pour leur garantir un flux de visiteurs.

Sondage sur le sujet : http://notre-siecle.com/vous-arrive-t-il-de-cliquer-sur-les-liens/

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.