Accueil / Idées / Les liens Google actualités, Facebook, … vers les sites d’actualités

Les liens Google actualités, Facebook, … vers les sites d’actualités

liens1903Je lis beaucoup de choses sur le sujet, j’en discute régulièrement avec pas mal de monde, il y a du déperdition de clics vers les sites d’informations !

Pour résumer à l’extrême, il existe 2 types de site d’information.

Les premiers sont les sites d’informations eux-mêmes, tel que Le Monde, Le Figaro, Médiapart, ou des sites plus spécialisés comme RiskAssur-hebdo ou même notre-siecle.com (sur lequel vous êtes actuellement).

Les seconds sont des sites d’agrégation de l’information qui présentent juste des titres et quelques lignes, qui viennent des sites d’informations eux-mêmes. Ils se scindent en 2 familles, ceux qui réalisent ces compilations d’informations de manière totalement automatique, tel que Google Actualité et ceux sur lesquels des gens mettent eux-mêmes les titres et les liens, c’est ce que l’on peut voir sur les réseaux sociaux aussi Facebook, que Viadeo, LinkedIn, Twitter,…).

Et là je m’interroge, est-ce que les internautes cliquent sur les liens pour accéder aux articles eux-mêmes, ou se contentent-ils des titres et des quelques mots d’accompagnement ?

Au fil de mes lectures, il est clair qu’en grande majorité, les internautes se contentent des quelques mots présents sur ces sites d’agrégation d’informations. Qui génèrent du trafic grâce aux sites d’informations sans que les sites d’informations en profitent.

Si c’est le cas, on pourrait penser qu’il serait préférable que les sites d’informations ne publient pas leurs titres sur les sites d’agrégation d’information.

De prime abord, c’est une bonne idée, puisque presque personne ne semble cliquer sur les liens pour allers des sites d’agrégation aux sites d’informations.

Mais NON, ce n’est pas une bonne idée, car en étant absent des sites d’agrégation, les sites d’informations seraient rapidement oubliés et ils ne gagneraient pas un seul lecteur, bien au contraire, ils constateraient une érosion de leur lectorat.

Alors, ces sites d’agrégation d’information automatiques ou volontaires sont, en quelque sorte, un mal nécessaire. Ils gagnent de l’argent sur le dos des sites d’informations qui leur fournissent des titres et des liens et en contrepartie les sites d’informations restent connus.

Mais, il faudrait que les internautes jouent un peu plus le jeu et cliquent régulièrement sur les liens proposés depuis les sites d’agrégation vers les sites d’informations.

Clairement, pour que les internautes puissent continuer à lire des titres sur les sites d’agrégation, il faut que les sites d’informations existent et pour qu’ils perdurent, il faut que les internautes cliquent sur les liens vers les sites d’information pour leur garantir un flux de visiteurs.

Sondage sur le sujet : http://notre-siecle.com/vous-arrive-t-il-de-cliquer-sur-les-liens/

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com