Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Les Italiens sont plus disciplinés que les autres

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, le pays où ce coronavirus, le SARS-CoV-2, progresse le moins en Europe, c’est en Italie !

Si on n’avait posé la question, nous aurions probablement pensé à l’Allemagne avec leur rigueur dite germanique, où leur voisin l’Autriche, ou bien au Pays-Bas réputé pour être – eux aussi – rigoureux.

Mais, il y a un pays auxquels nous n’aurions jamais pensé, c’est l’Italie, que nous voyons peuplé de gens laxistes avec le « va bene ».

Eh bien, ce sont les seuls, en Europe, à vraiment respecter les mesures barrières (port du masque, distanciation, …) et le résultat est là, alors qu’en France la propagation du virus repart de plus belle, lentement mais sûrement, en Italie, ce n’est pas le cas.

Les Italiens acceptent, de se protéger, tel que le traçage, dans les restaurants où la température de chaque client est prise à l’entrée et il doit renseigner un formulaire avec son nom et ses coordonnées pour le prévenir s’il a été proche d’un malade de la Covid-19.

Les Italiens portent le masque et convenablement (pas avec le nez dehors comme on le voit trop souvent en France). Des marques sont faites à ceux qui le portent mal, sans risquer d’injures ou de coups !

La tolérance « zéro » n’est pas suffisante, il ne peut pas y avoir un policier derrière chaque personne pour veiller à ce qu’il porte convenablement le masque, qu’il se lave les mains très régulièrement, qu’il n’y ait pas de fêtes privées sans masque, …

Il faut que les gens jouent le jeu, comprennent la nécessité de ces mesures barrières, que c’est aujourd’hui le seul moyen d’empêcher ce coronavirus de progresser. Même si les mesures barrières ne protègent pas à 100%.

Il n’existe, pour le moment, aucun vaccin, juste des recherches, des tests, mais rien de finalisé et produit en très grande quantité.

Les seuls progrès, réels, concernent la prise en charge des malades en milieu hospitalier.

Nous devrions, dans le reste de l’Europe, prendre exemple sur le comportement des Italiens, qui malgré leur côté « Europe du Sud », « Europe ClubMed » souvent reproché par les Européens du Nord, ont vraiment pris conscience de la gravité de la situation.

Ce n’est pas compliqué de se laver les mains, de ne pas faire la bise, de ne pas serrer la main, de porter un masque convenablement.

Le problème est que face à un virus, il faut un comportement global de toute la population pour l’empêcher de progresser et s’en débarrasser.

Si un pourcentage trop important, et c’est le cas en France (il suffit de regarder autour de soi) ne respecte pas les mesures barrières, c’est peine perdue, la seconde vague de la Covid-19 va nous tomber dessus.

Même si le Premier ministre ou le ministre de la santé disent qu’il n’y aura pas de reconfinement, un vœu pieux qui ne pourra peut-être pas être respecté.

Ça ne doit pas être si compliqué de faire comme nos voisins Italiens. Sommes-nous si indisciplinés que cela dans le reste de l’Europe ? Je m’interroge !

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.