Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Les 300 magasins de disque veulent faire a face au confinement

Ce sont des commerçant indépendants dont les magasins qui vendent des biens culturels dits « non essentiels », qui sont fermés et le resteront, comme les librairies, et le resteront pendant toute la durée du second confinement. Durée qui risque d’englober tout ou partir de la période des plus fortes ventes pour eux de l’année, celle des cadeaux et des étrennes, où sortent les nouveautés, déjà commandées.

Ce sont souvent des magasins tenus en famille, sans personnel salarié, contraints de fermer leurs portes, généralement absents du discours officiel.

Pour le président du jeune syndicat Groupement des disquaires indépendants qui s’amuse à ce jour de cette pique « je ne pense pas que ce soit volontaire, la réalité s’est que nous sommes peu nombreux et moins organisés, avec 300 magasins, hors réseaux Fnac et Cultura, que le syndicat du livre avec 3 200 librairies et les 3 100 cinémas, souvent avec plusieurs salles de projection, à mette en avant ».

Le syndicat, le Gredin est né en janvier 2017 et compte une centaine d’adhérents à ce jour.

Les magasins de disques n’ont pas récupéré la perte de chiffre d’affaires de la période du 1er confinement, l’automne leur a permis, au mieux, de retrouver les chiffres d’un mois moyen. Deux magasins ont fermé, mais ils étaient déjà en mauvaise posture avant le confinement, qui d’après ce que l’on croit savoir n’a été fatal à aucun magasin, étant tenus généralement par les propriétaires, sans personnel salarié, en sachant que les distributeurs comme Universal et Warner ont fait de réels efforts sur les délais de paiement.

Avec le retour du confinement, le recours à une plateforme commune d’information et de commandes, comme celles qui existent pour les libraires serait un outil essentiel, mais elle n’existe pas encore.

Le Gredin y travaille depuis deux ans, avec l’aide d’un consultant de l’association Ensemble Paris emploi et un soutien financier de la Mairie de Paris, pour être mis en place, début 2021.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.