InfosRéflexions
A la Une

Le projet de régime de retraite universel reste à financer

Un régime de retraite par répartition s’équilibre de lui-même en répartissant entre les retraités les cotisations des actifs, est par principe sans engagement de résultat, or le projet tel qu’il a été présenté comporte des engagements de résultat au moins sur deux points essentiels, que les pensions ne puissent pas être inférieures à 75 % du SMIC et que la valeur du point ne puisse jamais baisser.

L’estimation du coût de ces mesures n’a pas été communiqué, bien qu’il alourdira celui du régime des retraites.

Le régime de base du secteur privé est déficitaire depuis des années, car le nombre des actifs qui était après la guerre de qua     tre pour un retraité n’est plus que de 1,7 et va encore baisser du fait de l’arrivée des classes nombreuses des baby-boomers à l’âge de la retraite.

La question ne se pose pas de la même manière dans le secteur public, car les pensions sont actuellement des salaires différés, payés sur les budgets de fonctionnement.

Dans ce contexte, il est évident que la masse salariale globale, versée aux actifs, qui sert d’assiette au calcul des cotisation, ne permet plus de financer intégralement le coût des retraites, devra être complété par d’autres sources de financement.

Le souci des pouvoirs publics est de garantir aux retraités, un revenu suffisant par rapport à leur revenu d’actifs, sur la base duquel ils ont cotisé, en optant pour le facteur d’ajustement le plus équitable, dont l’âge de départ à la retraite, le plus efficace, est au centre du conflit, qui secoue actuellement le pays.

Le recul de l’âge du départ à la retraite se heurte à deux obstacles, de taille, la prise en charge de la pénibilité au travail, qui justifie, toute considération politique mise à part, des traitements particuliers, si non des régimes spéciaux.

Le second, aujourd’hui incontournable est celui du chômage des séniors, qui les frappe de plus en plus jeune, dont on ne voit pas de solution, sans un changement profond de mentalités.

La réforme des retraites, sans doute mal engagée par les pouvoirs, est devenu une nécessité à cause de l’évolution démographique et des nouvelles conditions d’activité, dont elle devra sortir.

[amazon_link asins=’B07433CWR3,B07D8BQMPF,B079CYTD1F,B01LY8L4DU,B07JBSMJY2,B07RJSK22V,B01N3A90SL,B07G5LJBDK,B07H114P4P’ template=’ProductCarousel’ store=’notresiecle-21′ marketplace=’FR’ link_id=’778faa1e-9eae-4b80-b175-bccb82e502a6′]
Booking.com
Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer