Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Le Président Macron pourrait profiter de ses vacances pour réfléchir à la réforme de l’agriculture

L’Élysée a laissé entendre que les vacances du président à Fort Brégançon seront studieuses, d’ailleurs on ne voit pas comment il pourrait en être autrement, vu les problèmes qui assaillent aujourd’hui la France, ne serait que du fait de l’évolution du climat, dont les agriculteurs sont les premières victimes, mais aussi co-responsables.

Comme en s’en doutait depuis longtemps ; ce sont les activités humaines qui sont les principales responsables du réchauffement climatique, qui s’accélère, une récente étude scientifique internationale, portant sur 2000 années d’évolution des températures en apportent la preuve, comme nous venons dans parler dans Notre-Siecle.

La France peut être fière de son agriculture, par la qualité de ses produits, dont certains de réputation mondiale et par la sécurité alimentaire qu’elle garantit aux Français.

Elle répond à l’engouement pour le bio, manifesté par une frange de la population qui en a les moyens et qui s’inquiète pour sa santé, en sachant que la pratique de l’agriculture bio n’a pas d’incidence sur l’évolution du climat.

Les experts qui suivent l’évolution du climat nous disent depuis des années, que notre mode de vie est responsable du réchauffement climatique, notamment le groupe constitue par l’ONU, le GIEC, mais sans faire bouger les choses en quoi que ce soit.

Qui a entendu le cri d’alarme lancé par Jacques Chirac au Sommet de la Terre à Rio « Notre terre brule et nous regardons ailleurs », c’est à ce moment qu’il fallait intervenir, avec des mesures moins draconiennes que celles qui s’imposeront au monde, maintenant.

Parmi les secteurs d’activité en cause, on pense d’abord a tous les grands consommateurs d’énergies d’origine fossiles, le charbon et les hydrocarbures, l’industrie, les transports et l’habitat, mais on pense moins à l’agriculture, que l’on voit uniquement comme grande consommatrice des ressources hydriques, considérée longtemps comme un inépuisable don du ciel, ce qu’elle n’est pas.

En fait, ce sont les modes de culture sont à revoir.

L’alerte vient de sonner, certes il faut venir en aide aux agriculteurs victimes des récentes canicules, au nom de la solidarité nationale, mais on ne peut pas en rester là.

C’est l’un des sujets de réflexion, au plus haut niveau de l’Etat.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer