InfosRéflexions
A la Une

Le nouveau plan d’épargne pour la retraite ne remplace pas l’assurance-vie

Le nouveau plan d’épargne retraite lancé le 1er octobre arrive au moment où les placements financiers, victimes de la chute des cours ne rapportent plus rien, alors que les assureurs gestionnaires de l’assurance vie, comme ceux des plans d’épargne pour la retraite doivent faire fructifier l’épargne qui leur est confiée, bien que dans la conjoncture actuelle, ils ne peuvent même pas en garantir la substance.

Pour l’assurance vie en euros, cette situation est sans issue alors que les gestionnaires de plans d’épargne pour la retraite, tout en respectant les règles prudentielles qui sont les leurs, ont une plus grande latitude dans le choix de leurs placements, s’agissant de placement sur le long terme.

Quant aux épargnants, qui n’épargnent que pour la retraite, les nouvelles dispositions, la possibilité de choisir au moment du départ la retraite entre le capital et une rente viagère, la possibilité de transférer le contrat en cas de changement d’employeur, devraient les orienter vers ces derniers, alors que l’épargne placée en assurance vie est disponible en deux à trois semaines, pour d’autres emplois

Il faut aussi savoir que les avantages fiscaux accordés aux produits d’épargne se situent pour l’assurance vie à la sortie et à l’entrée pour les plans d’épargne.

Un élément important pour les épargnants sont les droits d’entrée sur les versements et les frais de gestion annuels sur le montant de l’épargne gérée, qui ont été fortement réduits, voire annulés, pour ce qui est des droits d’entrée dans l’assurance vie, et ce sous l’effet de la concurrence.

Il est trop tôt de savoir ce qu’il en sera des plans d’épargne tant que les campagnes de commercialisation n’ont pas été lancées, mais il y aura forcément des promotions, si la concurrence est vive.

Le Plan d’épargne doit se substituer aux produits existants, le Perp, les contrats Madelin, le Perco , les contrats art 83, qui représentent 230 milliards d’encours, dont les modalités restent à être précisées, ce qui risque de prendre un certain temps.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer