InfosRéflexions
A la Une

Le confinement a des effets pervers

Dès la fin de la première prise de parole du chef de l’Etat à la télévision pour annoncer la mesure de lutte contre le coronavirus, les Français, pris de peur de manquer, comme en période de guerre, se sont précipiter sur les grandes surfaces ouvrant tard le soir, pour dévaliser les rayons de pâtes et de riz et aussi, très curieusement, ceux des œufs frais, qui ne se conservent pas.

Depuis, les rayons se regarnissent et on voit dans les centres villes, aux magasins fermés, des habitants se glisser furtivement, comme des chats, un sac à provision, pour prendre rang dans une petite file, devant un magasin ouvert.

Cela rappelle d’autres période de crise et explique que l’on a trouvé au domicile de personnes décédées des stocks de 100 kg de sucre et de confitures, aujourd’hui, le sucre a mauvaise presse, ce qui lui vaut d’être délaissé.

Un autre problème est celui des masques et des gels hydroalcooliques disparus brutalement des pharmacies, les gels sont revenus dans des flacons de 100 ml, j’en ai trouvé au prix de ceux de 250 ml, ce qui rappelle l’époque durant la seconde guerre mondiale, où l’on vous disait dans les fermes « mon pauvre les poules ne pondent pas, les vaches ne donnent plus de lait et les pommes de terre ne poussent pas » pour justifier les prix de marché noir de pratique courante

Le gouvernement, après avoir encouragé tout le monde à rester chez soi, voit les problèmes que cela pose, notamment dans le secteur des services d’aide aux personnes, plus de femme de ménage et de nettoyage des immeubles d’habitation.

Pour inciter les salariés à reprendre le travail malgré la crise du Covid-19, le ministre de l’économie demande aux entreprises de leur verser une prime exceptionnelle de 1 000 euros, exonérée de toutes charges, sans se demander si elles en ont les moyens.

Si le chef de l’Etat a demandé aux Français de rester chez eux, le ministre de l’économie a dit que la règle est d’aller travaille pour ne pas bloquer le pays.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer