InfosRéflexions
A la Une

Le 11 mai 2020 … et alors ça changera quoi ?

Cet après-midi, le premier ministre, Edouard Philippe va annoncer le plan du déconfinement ou plutôt du « début de la fin du confinement ».

Et alors, il ne faut pas croire que Lundi 11 mai 2020, tout sera comme le 15 mars, dernier jour avant le confinement.

Nous sortirons, effectivement, de 2 mois d’une vie bizarre, où ceux qui nous gouverne ont arrêté le moteur de l’économie, avec une France coupée en 3.

Il y a ceux qui ont continué à aller sur leur lieu de travail, bien entendu l’ensemble du personnel médical (des gens qui ont travaillé et qui vont continuer sans compter leurs heures, pour soigner les cas les plus graves frappé par le Covid-19), ceux qui ont fait fonctionner les magasins d’alimentations (l’ensemble de la chaine : production, transport, distribution), sans oublier les pharmacies, ceux qui ont continué à nettoyer nos villes, à ramasser les ordures, ceux qui ont produits les flux dont nous avons besoin (électricité, eaux, téléphonie, internet, …), en fin de compte tous ceux qui ont permis au pays de ne pas retomber à l’âge des cavernes.

Il y a ceux qui découvert un nouveau mode travail, sans aller au bureau : le télétravail. Souvent mis en place dans la précipitation, avec le confinement annoncé à la dernière minute. Probablement un mode de travail qui va entrer dans les mœurs, pourquoi passer un temps fou dans les transports en commun ou dans sa voiture pour des métiers où l’ordinateurs est au centre. En fin de compte presque tous les métiers de bureau, où la seule raison d’aller au bureau est de participer à des réunions. On sait que celle-ci peuvent de se tenir à distance avec des logiciels tel que Microsoft Team, Zoom, Jitsi, WhatsApp, …

Il y a, enfin, ceux qui travaillent sur des emplois qui ont été bloqués directement ou indirectement. Toutes les personnes travaillant dans le commerce non-alimentaires, dans les loisirs, les spectacles, le transports aériens, … Cela concerne des millions de personnes, dans la majorité des cas, les entreprises vont redémarrer plus ou moins vite, le chômage ne pourra qu’augmenter et ceux qui espérer un prime, une promotion, s’estimeront heureux que l’entreprise qui les emploie, ne ferme pas.

Le 11 mai ne marquera pas la fin de tout cela, nous ne nous réveillerons pas Lundi matin d’un mauvais rêve.

Les commerces rouvriront mais dans des conditions complexes à cause des mesures barrières. Nous verrons des files d’attentes, comme pour les magasins d’alimentations durant le confinement. Pas question dans les magasins de vêtements, de chaussures, que les clients touchent à tout, essayent, reposent. Ce coronavirus sera toujours présent et chaque vêtement touché devra être mis de côté, plusieurs heures. Par ailleurs, les restaurants, cafés, spectacles, … resteront fermés. Pour combien de temps et comment pourront-ils rouvrir ?

Nous devrons porter un masque pour nous rendre dans des lieux fermés. A ce sujet, les masques en tissus lavable, ne le sont indéfiniment, cela devra être précisé (5 fois, 10 fois ou 20 fois) et avec de l’eau à au moins 60 degrés. A se demander si les masques jetables ne sont pas préférables, encore faudrait-il qu’il y en ait suffisamment. En imaginant qu’un masque jetable puisse être utilisable 1 semaine, il en faudrait plus de 50 millions par semaine (en retirant du comptage, les trop jeunes, les malades, … donc moins de sorties que la population d’un peu plus de 66 millions d’habitants).

Nous ne pourrons pas partir en vacances où on veut (pas questions de sortir d’Europe et encore, il vaut mieux rester en France), comme on veut (pourront-on lézarder à plage ? ce n’est pas certains).

Non, le 11 mai 2020 nous ne retrouverons pas notre vie d’avant.

Par ailleurs, il faudra appliquer les mesures barrières pour un long moment. Si on oublie cela, si on reprend nos anciennes habitudes (se serrer la main, se faire la bise, être trop porche pour parler), ce coronavirus ne nous oubliera pas.

Faire comme-ci de rien n’était, ne pas penser au SARS-CoV-2, ne nous protège pas, l’oublier n’est pas un vaccin, pourrait faire redémarrer l’épidémie conduisant le gouvernement à nous reconfiner.

Le 11 marquera un début de retour à une vie plus normal, où l’on pourra sortir sans attestation, où nous pourrons à nouveau faire des projets.

Surtout, tant que l’immunité collective ne sera pas atteinte ou un vaccin disponible, il faudra rester prudent, SARS-CoV-2 est un ennemi invisible, qui passe très (trop) facilement d’un humain à l’autre.

Booking.com

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.