Accueil / Faits d'actualité / La psychiatrie est le parent pauvre de la médecine d’aujourd’hui

La psychiatrie est le parent pauvre de la médecine d’aujourd’hui

Ce diagnostic est largement partagé, comme l’a reconnu la ministre de la santé, Agnès Buzyn elle-même, en admettant qu’il n’y a pas eu de véritable investissement depuis des années, en déplorant un état « de souffrance générale » des professionnels et des malades.

Il faut savoir qu’au cours de sa vie, un Français sur cinq connaîtra un trouble psychique justifiant un suivi médical, auquel il a recours, ou pas.

Ainsi, en 2016, 2,1 millions de patients, dont un quart âgé de moins de 18 ans a été pris en charge, soit par les quelques 3 900 centres médico-psychologiques répartis sur le territoire, soit par les hôpitaux psychiatriques, qui ont accueilli 417 000 malades, mais on ignore, par la force des choses le nombre de ceux qui ont souffert en silence, en sachant que face à un ces crises, les forces de l’ordre n’interviennent que sur la voie et sur des lieux publics.

Les signaux d’alerte sont passés au rouge dans certains hôpitaux submergés par les urgences, au point que le personnel s’est mis en grève pour réclamer les moyens d’exercer dignement leur métier, notamment pour obtenir des postes d’infirmiers et d’aide soignants supplémentaires.

En outre, ces tensions se sont aggravées par la banalisation choquante du recours à la contention et à l’isolement, dénoncé en 2016 par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté et la situation n’est pas moins critique dans les centres médico-psychologiques, les CMP.

Ces structures se sont développées depuis un demi-siècle dans le cadre de la sectorisation de la psychiatrie publique, qui constitue depuis un maillon essentiel entre la médecine générale et l’hôpital, dans la prise en charge des problèmes de santé mentale, en particulier pour les enfants et les adolescents, adressés par les psychologues scolaires.

Faute de moyens, le CMP est de plus en plus débordé, alors que les patients sont de plus en plus nombreux.

D’une manière générale, entre 2010 et 2016 près de 300 000 personnes supplémentaires ont été suivies en psychiatrie, avec des moyens inchangés, en sachant qu’entre 900 et 1 000 postes en psychiatrie ne sont pas pourvus.

Le président de la République doit annoncer en septembre, dans quelques jours, une grande réforme du système de santé et il faut espérer qu’il ne s’agit pas seulement pour faire des économies, face à des besoins grandissants, comme en psychiatrie.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.