Accueil / Réflexions / La Nasa reprend après dix ans d’interruption la mesure de la fonte des glaces

La Nasa reprend après dix ans d’interruption la mesure de la fonte des glaces

Elle vient de placer son laser le plus puissant jamais placé sur orbite, l’ICESat 2, une mission fondamentale et extraordinairement importante pour la science, d’un milliard de dollars, destinée à révéler l’ampleur de la fonte des glaces sur une terre qui se réchauffe.

Cette opération était conçue, préparée et financée de longue date, bien avant l’élection de Donald Trump, en tout cas trop tard pour être bloquée par lui, si non, elle n’aurait pas pu voir le jour.

Le satellite d’une demi-tonne a été lancé depuis la base de Vandenberg de l’US Air Force en Californie.

Sa mission consistera à recueillir suffisamment de données pour quantifier les changements annuels d’épaisseur de la couche de glace au Groenland dans l’Arctique, même si ce n’est que de quelques millimètres à peine par an.

Depuis près de dix ans, la NASA ne disposait plus d’un instrument en orbite pour mesurer l’épaisseur des superficies recouverte de glaces à travers la planète, cette omission est maintenant réparée.

L’ICESat 2 est équipé de deux lasers, dont un de rechange, en cas de panne du premier, beaucoup plus perfectionnés que le modèle à bord de la mission précédant.

Il tirera 10 000 fois par seconde contre 40 fois pour son processeur et fournira des données plus détaillées que le premier ICESat lancé en 2003 et dont la mission s’est achevée en 2009.

Du fait des émissions croissantes de gaz à effet de serre, la température mondiale moyenne augmente d’année en année, les plus chaudes ayant été enregistrées entre 2014 et 2017, ce qui fait que la couche de glace s’amenuise au Groenland, accentuant le phénomène de la hausse du niveau des océans, qui menace des centaines de millions d’habitants des régions côtières du monde entier.

Il faut espérer que les informations obtenues par ICEsat 2 ne se limiteront pas à des fins scientifiques, mais qu’elles persuaderont les nations à agir contre le réchauffement climatique, qui risque, plus vite qu’on ne le craint, de lui être fatal.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.