emploi/RH/stage

La filière cuir recrute en Nouvelle-Aquitaine de nombreux postes sont à pourvoir

Weston, Repetto, Hermès mais aussi LIM Group, Antarès Sellier France, Rubi Cuir, ces entreprises ont pour point commun d’être basées en Nouvelle-Aquitaine et de manquer de main d’œuvre. Pourtant la Nouvelle-Aquitaine est la 3ème région française pour le travail du cuir et compte 3 900 salariés dans la filière (tous métiers confondus). C’est également la 1ère région productrice de chaussures avec un CA d’environ 240 millions d’euros (Données CapMétiers 2019).

Au niveau de l’emploi, ce sont donc des  postes de ;

  • prototypiste, de monteur, de technicien, de cordonnier réparateur, de gainier qui sont recherchés. Il en va même de l’urgence pour certains types de métiers
  • comme les  coupeurs  et  les  piqueurs,  les  agents de
  • maintenance ou les techniciens logistique.

ResoCUIR, cluster engagé dans la valorisation de la filière cuir en Nouvelle – Aquitaine tire donc la sonette d’alarme :« la renommée de l’excellence du savoir-faire français à l’international a des répercussions directes en Nouvelle- Aquitaine. Le secteur de la maroquinerie a augmenté de 42% sa masse salariale de 2012 à 2017 en région (Données CapMétiers 2019). Entreprises et sous-traitants recrutent donc fortement et nous  le constatons chaque jour en sein du Pôle d’Excellence des Métiers du Cuir et du Luxe à  Thiviers  où nos stagiaires sont vivement attendus par celles-ci » confie Laëtitia Doulcet, animatrice ResoCUIR.

Côté formation

Le Pôle d’Excellence des Métiers du Cuir et du Luxe de Thiviers a formé 218 personnes depuis 2015. Et en 2019, ce sont précisément 48 personnes qui ont été formées (en formation initiale ou continue) entre autres aux métiers de la maroquinerie, de la sellerie et même aux techniques de vente pour le compte de la société Repetto. Parmi ces personnes formées au Pôle d’Excellence se trouvent des profils au parcours atypique qui incarnent parfaitement la diversité des chemins menant à l’emploi. C’est le cas de Lison qui, après avoir obtenu son CAP Maroquinerie en 2019 poursuit à la Maroquinerie des Orgues en alternance, ou encore d’Alexis, diplômé en 2018, et employé chez Repetto avant de signer un CDI chez Hermès.

« À la base, je suivais un cursus général pour passer un bac littéraire, mais ça ne me plaisait pas du tout, j’ai tout arrêté avant l’obtention du diplôme. J’ai enchainé les jobs alimentaires, je me suis remise en question et c’est devenu assez évident : je voulais travailler dans le cuir. J’ai toujours aimé le travail manuel, j’aime la fabrication. Et j’adore regarder un produit, l’examiner pour essayer de comprendre comment il a été monté. Après avoir obtenu un CAP, je prépare actuellement un bac professionnel en alternance avec option maroquinerie par le biais de la formation GRETA. Dans quelques années, je souhaiterais pouvoir intégrer un bureau d’étude, où je pourrais réfléchir et participer à la confection de produits. » déclare Lison Ritz, 25 ans en alternance à la Maroquinerie des Orgues.

« J’ai toujours beaucoup travaillé de mes mains, bricolé, dessiné. Après un bac STMG avec option arts plastiques, j’ai fait une année de fac d’arts plastiques puis deux ans en graphisme publicitaire. J’ai ensuite suivi une petite formation pour apprendre à faire des meubles en carton pour après me lancer dans l’entrepreneuriat en tant que cartonniste. Puis, je suis arrivé en Dordogne et j’ai intégré le CAP maroquinerie à Thiviers. À la fin du CAP je suis rentré chez Repetto, et au bout de quelques mois j’ai eu l’occasion de passer les tests pour devenir sellier maroquinier chez Hermès, et depuis je suis salarié à Nontron. Avec la volonté de chercher l’excellence, la minutie et l’artisanat, je me suis vite tourner vers les métiers du cuir. Plus tard, j’aimerais créer et imaginer des articles de petite et grande maroquinerie. » explique Alexis Commery, 31 ans en CDI chez Hermès.

Quelques chiffres (Données CapMétiers 2019)

L’emploi dans la filière cuir au sein de la Nouvelle-Aquitaine c’est :

  • 2 050 emplois dans le secteur de la maroquinerie 1 670 emplois dans le secteur de la chaussure
  • 175 emplois dans le secteur de la tannerie / mégisserie 600 emplois supplémentaires ces 5 dernières années
  • 2/3 des employés ont un niveau de formation inférieur au bac

À propos de ResoCUIR

ResoCUIR est un cluster de 63 membres composé d’entreprises, d’artisans, de collectivités territoriales et EPCI, de partenaires socio-économiques et d’un collège recherche – innovation – formation. Crée en janvier 2017, il a pour rôle de mettre en réseau l’ensemble des acteurs de la filière cuir et ses partenaires mais aussi d’accompagner les entreprises dans leur développement économique au travers de projets collaboratifs, innovants, de création d’emplois et d’attractivité des territoires.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer