Poésie

La déesse minérale

Une pierre a sourit au crépuscule de l’hiver
Tout se mouvait devant les marches du temple
Elle se nourrissait de l’essence de l’humanité
Son regard dans leurs papilles

Avec un sourire elle donna son nom
Je suis la blondeur minérale
Je connais le secret de la matière
Je ne suis pas immobile, je bouillonne
D’une explosion d’inertie
Devant la conjugaison du sacre
Je suis la déesse minérale

Le coeur noyé dans la matière.
Empreinte de mille facettes,
L’âme ouverte au temps.
Le fil et les liens se tissent.
A travers les pierres, les eaux,
Sur la terre et les airs…
Le temps s’efface en ce verdoyant passage …..

Tags

Dominique Bar

Mon ego ne parle qu'à moi... CITATIONS FAVORITES Le destin, c’est le nom que nous donnons à la combinaison infinie et ininterrompue de milliers de causes emmêlées. Jorge Luis BORGES. À quoi reconnaît-on alors le véritable artiste? « L’artiste est son meilleur critique. S’il dialogue avec son œuvre, c’est un artiste ; s’il dialogue avec le public, c’est probablement un imposteur. ». Ernst Gombrich

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page