Accueil / Idées / Je ne voulais pas parler des prochaines élections.. mais bon !!!

Je ne voulais pas parler des prochaines élections.. mais bon !!!

election1003Je n’avais pas envie de parler de politique et je n’ai toujours pas envie, mais il y a des choses que je ne comprends pas.

Plantons le décor, dans la seconde quinzaine du mois de mars, les dimanches 22 puis 29 mars 2015 se dérouleront les élections départementales. Elles concernent tous les départements de France, sauf Paris, la Guyane et la Martinique.

Sans entrer dans les détails, il semble que 3 parties devancent les autres et se positionnent pour être au second tour (sauf si l’un d’entre eux est élu au premier). Mais, au deuxième tour, il n’y a de place que pour 2 parties.

Depuis longtemps, en France il y avait une forme de bipartisme, il n’y avait que peu de doutes, les 2 partis principaux étaient le PS (pour la gauche) et l’UMP (pour la droite ou le RPR en remontant un peu dans le temps).

Mais aujourd’hui, un troisième larron se mêle à la fête, le FN avec Marine Le Pen et semble, selon les sondages, mener le bal, avec un tiercé national FN, UMP, PS.

Comme, cette élection régionale ne me concerne pas, j’habite à Paris, je n’ai pas regardé les programmes proposés par les uns et les autres.

Mais, ce que je constate, est une sorte d’affolement dans les 2 partis traditionnels, pour ne citer que 2 hommes politiques, Manuel Valls pour le PS et Nicolas Sarkozy pour l’UMP, l’un est l’autre ont peur de ne pas être au second tour de départements. Par ailleurs, il explique, que dans les endroits où ils ne seront pas au second tour, il n’y aura pas d’alliance, ni avec le FN, ni avec l’autre parti traditionnel.

Manuel Valls et Nicolas Sarkozy, de manière différente, donnent le sentiment de vouloir culpabiliser les électeurs pour qu’ils reviennent à un bipartisme traditionnel.

Pour contrer un parti politique, le FN en l’occurrence, je ne crois pas que la bonne approche soit de tenter de culpabiliser les électeurs.

Il faut, au contraire, faire de réelles contre-propositions pour convaincre les électeurs et pas les menacer de je-ne-sais-quoi.

Alors, aujourd’hui entre Manuel Valls qui s’emporte de plus en plus lors de ses discours et Nicolas qui n’est pas mieux et qui ponctue ses interventions d’expressions bien à lui, telle que « FNPS », ce n’est pas très… vendeur.

J’espère que sur le terrain, les candidats – qui eux sont directement concernés par le résultat de ces élections – tiennent des discours avec des propositions et pas simplement des critiques des autres candidats.

Attendons que les électeurs se prononcent.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser un commentaire

Booking.com