IdéesRéflexions
A la Une

Inavouables richesses

Quand les riches entendent ruisseler sur les moins riches pas encore pauvres, que font-ils ? Ils font intervenir le gouvernement qui ne se le fait pas dire pour mettre halte à une injustice de taille.

Des chômeurs indemnisaient à hauteur de 1 200€ pourraient toucher 800€ de plus en travaillant gaiement sur un poste mis à sa disposition par un gentil patron.

Inutile d’expliquer qu’il s’agit d’un contrat d’intermittence sans bénéficier du régime des intermittents.

Et, évidemment l’ancienne DRH d’un groupe noble a passé beaucoup de temps à s’indigner de cette manière de faire pour…le-dit salarié.

Le patron lui est intouchable puisqu’il a la loi pour lui.

Et pour appuyer ses dires de prendre l’exemple d’un autre mal placé dans la hiérarchique qui travaillant en continu pourrait, au chômage en recevoir qu’un indemnité de  630€.

Il ne serait jamais venu à l’esprit de cette dame, ho horreur, de penser un seul instant de majorer le sort de ce malheureux.

Non, il faut juste modifier les règles de ce profiteur d’indemnités sociales.

Et tant pis, si partant, cette mesure permet à 850 000 individus de perdre 24 % de leur allocation si importante.

C’est cela le vrai social à la mode gouvernementale.

Mais, version pour faire genre, la contre-partie devait être l’institution d’un bonus-malus pour ces malheureux patrons obligés d’avoir recours aux contrats courts, très courts, s’ils voulaient vivre dans l’opulence.

Si la première avait passé aisément les bancs des élus, la deuxième subissait les affres des défenseurs de première classe.

En conséquence, elle était réduite à néant.

Ce qui n’a pas empêché le Conseil d’état pour une fois réveillé de retoquer ces deux points vidant de sa substance la loi phare qui devait marquer le quinquennat de l’illuminé.

Ce projet va rejoindre le tiroir de celui des retraites.

Mais, à n’en pas douter, une nouvelle salve va nous tomber dessus tant il faut savoir que le ruissellement se doit de faire ricochet d’en-bas pour atteindre le haut et revenir à son domicile fixe.

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.