PourquoiRéflexions

Gestion de la panne de la ligne 1 du métro à Paris

metro2601La ligne 1 du métro à Paris est tombée en panne, à 16h55 le vendredi 22 janvier 2016. D’un seul coup, à cause d’une panne informatique tout c’est arrêter et le courant a été coupé sur l’ensemble de la ligne et les 41 rames en circulation se sont immobilisées.

Bien entendu pour toutes les rames se trouvant à quai, même en partie, il fut possible de libérer les passagers assez rapidement.

Mais, pour les 16 rames se trouvant arrêtés entre 2 stations, dans les tunnels, certains passagers ont patienté plus de 2 heures avant de voir arrivé des équipes de la RATP pour les aider à descendre des rames sur les voies (avec des échelles) pour regagner à pied la station la plus proche.

Et là, il y a quelque chose qui m’échappe dans la conception du fonctionnement de cette ligne et de ce qu’il est possible de faire en cas de panne (non pas d’électricité, mais d’informatique).

Pour des raisons de sécurité, un bug géant conduit à l’arrêt total de la ligne 1. La sécurité doit passer avant tout, pas question que des rames automatiques poursuivent leur route avec un risque de collision.

Le courant est coupé sur l’ensemble de la ligne, comme il s’agit de trains électriques, naturellement, ils s’arrêtent.

Ce que je ne comprends pas, c’est qu’il soit impossible de remettre le courant sur des sections de la ligne et de faire avancer manuellement ces rames.

Concrètement, les agents de la RATP après avoir vidé une rame à quai, pourquoi n’ont-ils pas eu la possibilité de faire avancer la rame dans le tunnel, puis d’aller faire démarrer celle se trouvant le tunnel pour la faire entrer en station et permettre aux passagers de descendre sur le quai.

J’ai toujours cru qu’il était possible de couper le courant section par section sur les lignes du métro à Paris. Donc, de le remettre, également, section par section.

Mais, la Ligne 1 serait-elle fichue de telle manière, qu’il soit simplement possible de tout couper ou de tout alimenter ?

Si c’est le cas, il y a un grave défaut de conception.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.