Accueil / Réflexions / Faire autrement

Faire autrement

Il y avait avant, il y a maintenant.

Maintenant, il nous avait été promis de faire de la politique autrement.

Sans doute certains y ont cru puisqu’ils ont permis à l’ancien jeune banquier d’être impérial et il y croit – heureusement que nous sommes en République laïque.

Ainsi donc, on allait voir ce que l’on allait voir.

Passons sur les erreurs de jeunesse dues à une équipe de surdoués qui n’avaient jamais vécu dans la vraie vie tellement ils sont planqués après leur très hautes études.

Inutile de revenir sur les élans de jeunesse en Assemblée ou retour de bâton inintelligibilité de maintenant d’ancien députés non réélus.

[accessme type=”button” position=”center” mandatory=”1″]

Passons encore sur le choc des mots de l’impérieux qui désormais se croit tout permis.

Mais, retenons l’essentiel en toute subjectivité me caractérisant.

Après avoir fait banquer les vieux au festin du partage inégalitaire, enrichi toujours plus les riches d’un cadeau que la droite n’aurait jamais imaginé être possible tout en gênant aux entournures les seuls propriétaires d’une habitation principale d’une région devenue hors de prix d’une inflation galopante de riches décidés à envahir le territoire tels les migrants affamés chassés de leurs terres, donner des cadeaux d’or aux patrons qui n’en croient pas leurs yeux, aussi demandent-ils, les garnements facétieux, toujours plus, saupoudrer de restes ruisselants de poudre plaquée or de baisse mirifique de charges salariales à hauteur de 0,05 % les travailleurs pour les faire taire – au passage, ce sont ceux qui gagnent le plus qui y gagnent encore plus, tralalalalère – l’impérial impérieux réalise ce que le patronat rêvait : revenir en arrière, très en arrière où le bon vieux temps voulait qu’il n’y ait en terre bénie de France que deux engeances, l’une noble et riche, l’autre fourrée de cul-terreux.

Et ainsi, remet-on sur le tapis, sans craindre les dommages et intérêts, l’apprentissage qui permettra à de joyeux ados de 16 ans de travailler pour rien 40 heures par semaine dès 4 heures du matin jusqu’à 24h.

Mais, il est vrai que les apprentis en cuisine ou en boulangerie pourront continuer à grignoter un peu de pain…

[/accessme]
Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.