IdéesRéflexions
A la Une

Et si le présent était porteur d’avenir ?

A quelque chose malheur est bon dit-on sous forme de dicton traditionnel non détourné.

Et il est vrai que la covid-19 nous tombé dessus avec son lot impitoyable.

Mais, l’urgence semble faire que chacun prend la mesure des choses et s’organise pour que cela se passe au mieux.

Les français n’ont jamais autant pris conscience de la nécessité du personnel soignant.

C’était beau de voir les balcons fleurir d’applaudissements destinés aux infirmières symbole de la lutte protectrice.

Mais, aussi, les deuxième, les troisième ligne n’étaient pas oubliés.

Malgré les risques de contamination, il fallait bien que nos sols soient nettoyés, nos poubelles ramassées.

Même si par principe il ne faut pas dire jamais, jamais plus ces gens ne passeront inaperçus.

Sur leur passage, le respect est gravé à jamais.

Mais, les entreprises risquaient la mort, les salariés la déchéance financière.

L’état de droite libérale dure a pourtant osé appliquer une politique monétaire d’une économie sociale que même la gauche aurait hésité à mettre en place.

Mais, au-delà de la France, c’est l’Europe communautaire qui a mis sous le tapis son dogmatisme à serrer le cou des endettés.

Les créditeurs n’ont plus force de loi, c’est la solidarité inter pays qui a pris le pas.

Qu’il est beau de voir, aujourd’hui, la fourmi venir en aide à la cigale ne pouvant plus l’enchanter.

Au risque de démentir Jean, il ne faut jamais dire Fontaine je ne boirais jamais de ton eau.

Qu’il est sain de voir des vaccins surgir en si peu de temps alors que jusqu’à maintenant les lourdauds de l’administration empêchaient leur sortie avant les 10 prochaines années.

Qu’il est agréable de voir le monde scientifique s’écharper brisant ainsi la croyance d’une science Vérité s’imposant à tous.

Ils sont comme les politiques avant tout humains et cela fait du bien.

Bien sûr il y a encore beaucoup à faire, notamment ne pas rejeter tout cela au moment de la reprise qui viendra.

Espérons, croyons à une économie sociale vraiment solidaire.

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.