Accueil / Idées / Dès le 1er septembre 2015, 1 000 euros en espèces mais pas plus

Dès le 1er septembre 2015, 1 000 euros en espèces mais pas plus

euros3108A partir, de demain, le Mardi 1er septembre 2015, il sera interdit de payer en espèces des achats de plus de 1 000 euros. Tous les achats supérieurs à 1 000 euros devront être payés par chèque, carte bancaire ou virement bancaire.

Que vont faire les touristes venant de pays où la monnaie n’est pas convertible, où les cartes bancaires ne fonctionnent pas à l’étranger. Venant de pays imposant un contrôle des changes.

Ne rigolez pas, du temps de François Mitterrand, il y a eu une période où nous n’avions plus le droit d’utiliser nos cartes bancaires à l’étranger. Nous devions, prendre des devises avant de partir (en étant limité sur le montant par personne).

Aujourd’hui, nous avons des touristes qui viennent avec de grosses sommes d’argent en espèces. Qui vont aller dans des magasins de luxes et… ils seront plafonnés à 1 000 euros. Je ne parle même pas des hôtels où ils descendent. Encore une fois, 1 000 euros sera une limite vite atteinte.

Il va bien falloir que les commençants trouvent des astuces pour ne pas perdre cette clientèle. Enfin, il semblerait que les touristes ne soient pas concernés par cette mesure (mais tout est toujours très flou dand ces nouvelles, je me demande si ceux qui les écrivent n’ont pas le cerveaux dans la brume).

Bien entendu pour des gens venant des autres pays de l’Europe, des États-Unis, du Japon,… les cartes bancaires sont le moyen le plus sûr pour payer et ils n’ont aucune raison d’avoir des liasses de billets de banques.

Pour nous, en France, cette limite n’a aucune incidence, les espèces sont réservées aux petites dépenses et les autres ont faites par cartes bancaires, par chèques, par virement ou par prélèvement. Et elle ne semble pas concerner les transactions entre particuliers, mais là encore c’est flou, pas net.

Mais revenons au plafond de dépenses de 1 000 euros en espèces, je le comprends très bien. C’est l’une des voies pour lutter contre le travail au noir et les trafics en tous genres.

D’ailleurs, je ne comprends pas que le billet de 500 euros soit toujours en circulation. Il m’arrive de voir dans des commerces un client sortir une coupure de 500 euros, ça fait bizarre. J’ai constaté, qu’à chaque fois les commerçants les refusent. Je me suis toujours demandé comment les gens se procuraient ce type de coupures (et pourquoi), on ne les trouve pas dans les distributeurs.

Il en est de même pour les billets de 200 euros, à quoi peut-il servir ?

Le record que j’ai obtenu, dans un distributeur, il y a quelques années à la Bourse, ce fut un billet de 100 euros.

Concrètement, comment contrôler — à partir de demain – que l’ensemble des commerçants, artisans,…. Refusent les règlements au-dessus de 1 000 euros en espèces ?

Rien n’empêche un artisan de scinder des travaux en plusieurs tranches, justes inférieures à 1 000 euros.

Ce qui est plus complexe, c’est lors de l’achat d’un objet qui vaut plus de 1 000 euros, mais je fais confiance à l’imagination de ceux qui ne veulent pas respecter la loi.

Mais concernant toute l’économie souterraine, depuis le travail au black, jusqu’au trafic de drogues ou d’armes, ce n’est pas cette réglementation qui empêchera les transactions de plus de 1 000 euros en billets.

Je crois que cette interdiction fait partie des fausses bonnes idées. Pour lutter contre les trafics en tout genre, il serait préférable de supprimer les moyens de payer de grosses sommes en espèces, à savoir les coupures de 500 et de 200 euros, puis dans un second temps les coupures de 100 euros.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.