Bibliothèque

Dans la gueule de l’Ours de James R.Mclaughlin chez Rue de l’échiquier

Voici un livre tiré d’un anglais des États-Unis en bon patois français bien de chez nous.

Autant le dire tout de suite, sa lecture, bien que déroutante en bien des endroits, est intéressante voire prenante.

Alors, autant évacuer tout de suite les défauts trouvés d’un ouvrage qui semble-t-il a percuté un certain succès Outre Atlantique.

Si la mise en page participe à l’étrangeté de l’histoire, il est dommage que les pages aient plutôt tendance à vouloir s’envoler comme les feuilles en Automne.

Mais, il s’agit certainement d’un petit moins d’une édition strictement réservée au journalistes et libraires accrédités avant sa diffusion au grand public prévu le 16 janvier de cette nouvelle année.

Autre bémol plus difficile à saisir est ce saut de puce provoqué par le précipice existant de certains chapitres par rapport au précédent qui pourrait faire croire au lecteur qu’il a mal suivi le sens de l’histoire.

Et puis ces répétitions pour annoncer la canopée d’un beau paysage ou les sapins ciguës sont ennuyeuses.

Mais, comme tout bon polar, puisqu’il s’agit d’un, tout prend forme dans cette aventure entraînant deux aventuriers, des temps modernes, scientifiques ayant chacun vécu un passé douloureux.

Un conseil, mettez de bonnes chaussures pour les suivre dans cette immense réserve dont ils ont la garde : lui en tant que titulaire, elle ex lui venant en aide.

Chacun verra son passé revenir positivement en boomerang.

Où l’on apprend une certaine pratique policière consistant à favoriser un trafic engageant le droit de tuer des bêtes sauvages, ici des ours, pour faire croire qu’il sera plus facile de saisir un gang armé de passeurs de drogues.

L’on peut y voir, somme toute, une certaine ressemblance avec les réalisations du monde industriel sur la nature.

Mais cela ne peut guère arriver en France puisque l’histoire est tirée de l’anglais des États Unis.

Le livre venant de sortir au 16/01/2020, demander à votre libraire de vous le livrer s’il n’est pas encore en vitrine…

Tags

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer