Accueil / Politique / C’est pathétique

C’est pathétique

S’il ne s’agissait pas de l’élection présidentielle, mais d’un simple téléfilm, on pourrait cela serait drôle tout étant impossible à croire, tellement les personnages jouent faux.

En tant que vieux saltimbanque, le seul qui reste drôle, c’est Jean-Luc Mélenchon, même si ses gags sont éculés depuis tant d’années.

Mais, les autres sont dramatiques.

Benoit Hamon n’est pas entré dans les habits de son personnage, il n’a pas compris qu’il était le candidat du PS, nommé par une élection primaire. Son programme est flou, on ne comprend pas ce qu’il veut, ce qu’il cherche, mais le sait-il lui-même. Peut-être a-t-il compris qu’il n’avait aucune chance et pourquoi perdre trop d’énergie. Il a un socle d’électeurs qui lui permettra de passer la barre de 10 %, ce n’est déjà pas si mal.

Marine Le Pen, qui bien que candidate du FN évite de prononcer ce sigle où sa signification Front National, pour éviter de diaboliser un peu plus son parti politique. Je crois qu’il y a une différence fondamentale entre le père et la fille. Jean-Marie Le Pen n’a jamais véritablement voulu la présidence de la république, il voulait pouvoir s’exprimer publiquement. Mais, Marine Le Pen a l’ambition de gagner et cette fois-ci, ce n’est pas impossible et elle le sait.

Emmanuel Macron, un ovni venu de nulle part, une création de François Hollande. Depuis peu, Macron a un programme, mais il continue sur son mode de communication : écarter les bras et sortir de grandes phrases. Macron est une bulle créée artificiellement et qui se gonfle jour après jour, un peu comme dans la fable de La Fontaine « La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf », la question : dans les quelques semaines qui restent avant le premier tour (23 avril) va-t-il continuer à grossir ou exploser ? S’il explose en vol, il n’a aucun socle, comme Les Républicains, le FN ou le PS. Macron n’est pas un homme politique et son parti n’est rien, il peut passer des sommets à presque 0. Toutefois, il peut gagner l’élection.

François Fillon avait l’image d’un honnête homme, mais que l’on prit les doigts dans le pot de confiture et qui depuis a avoué tout nous expliquant qu’il y avait droit. Ça manière d’être, me fait penser au comique triste, type Buster Keaton. Les gens ne l’aiment pas, il reste le collaborateur de Sarkozy, sa manif au Trocadéro de dimanche dernier n’y change rien, même s’il y avait 200 000 personnes (ce qui est impossible sur un emplacement qui peut en contenir 35 000), il lui faut plus de 20 millions d’électeurs pour gagner. Mais rien n’est impossible, si la bulle Macron explose avant le premier tour, Fillon sera un second tour.

Aujourd’hui, mis en examen ou pas le 15 mars, François Fillon continuera jusqu’au bout, à part une mauvaise grippe rien ne l’arrêtera, il le répète depuis des jours et des jours, allant jusqu’à expliquer que ce ne sont pas les encartés Les Républicains mais les Français qui l’ont désigné et que Les Républicains ne pouvaient décider pour lui.

Nicolas Sarkozy, même s’il ne se présente pas, continue à tirer les ficelles, et on peut se demander s’il n’est pas derrière le NON définitif d’Alain Juppé. Effectivement, vu les relations entre ces 2 hommes, il est possible que Sarkozy préfère que son bébé (Les républicains) perde avec Fillon, plutôt que de le voir gagner avec Juppé.

Que va-t-il se passer le 23 avril ?

On a une seule donnée à peu près certaines : Marine Le Pen sera au second tour. Ce n’est pas une bulle, c’est un socle d’électeurs, pas spécialement FN mais qui en ont assez des parties traditionnelles. Ils auraient pu aller vers l’autre extrême, avec Jean-Luc Mélenchon, mais ce n’est pas le cas. C’est un socle qui pèse suffisamment et qui peut permettre à Marine Le Pen de gagner.

Pour l’autre candidat, si la bulle Emmanuel Macron n’explose pas, il sera au second. Mais, si la bulle explose, Emmanuel Macron passera des sommets au ras du sol, et François Fillon sera naturellement au second tour.

Au second tour, le risque que Marine Le Pen gagne est réel, sauf s’il y avait un sursaut pour la démocratie et la république poussant à voter pour n’importe quel candidat, comme en 2002, pour éliminer Marine Le Pen. Mais, ce n’est pas certains.

En tous les cas, cette campagne présidentielle 2017 est pathétique, il n’y a aucun débat de fond, rien le vide sidéral.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser un commentaire

Booking.com