Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Carlos Ghosn : faits délictueux présumés au détriment de Renault

Sur signalement, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête sur des faits délictueux présumés de Carlos Ghosn au détriment de Renault.

Après une première enquête toujours en cours, relative au financement de son mariage au château de Versailles, place à une enquête française dirigée par une procureur adjointe de Nanterre, attachée au pôle financier du parquet.

Le second volet de l’enquête concerne plusieurs millions d’euros de paiements suspects réglés par la présidence du constructeur français Renault sous Carlos Ghosn et mis au jour par un audit indépendant portant sur les comptes de RNBV, filiale de Renault et de Nissan aux Pays Bas.

Ces sommes ont été versée à une société qui distribue les véhicules du groupe au sultanat d’Oman.

L’argent en question pourrait avoir été rétrocédé à une société libanaise ayant financé des investissements dont aurait profité la famille de Carlos Ghosn, notamment un yacht et une participation financière aux affaires de son fils, ce sur quoi porte l’enquête en cours.

Le directeur des risques et de l’éthique de Renault a été entendu dans cette affaire, en qualité de témoin, il y a quelques semaines.

L’enquête, qui se poursuit au Japon depuis six mois a des répercussions en France, en effet, les procureurs de Tokyo ont déjà demandé à la justice française des actes de procédure dans le cadre de l’entraide judiciaire internationale.

Selon plusieurs sources concordantes, selon la presse, un membre actuel du comité de direction du constructeur français et un ancien haut cadre de l’alliance, ayant eu de hautes responsabilités financières, à la fois chez Renault et chez Nissan ont été entendu par les enquêteurs de l’Ocleiff, l’Office central de lutte contre la corruption, en présence de plusieurs procureurs japonais.

Rappelons que Carlos Ghosn, fait l’objet au Japon de quatre inculpations, deux pour des dissimulations de revenus et deux pour abus de confiance aggravés.

En liberté sous caution, il ne passera pas en justice au Japon avant un an.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.