Accueil / Réflexions / Ça ne va pas être drôle pour ceux qui ont des comptes là-bas

Ça ne va pas être drôle pour ceux qui ont des comptes là-bas

argent0504Félicitation aux journalistes qui ont permis de faire sortir ces listes de comptes Panama Papers planquer dans ce paradis fiscal.

J’ai entendu François Hollande, uniquement avec les comptes de ressortissant et d’entreprises Françaises, dire ça pourrait nous rapporter en redressements fiscaux contre ces détenteurs de comptes non-déclarés, dans les 20 milliards d’euros.

Il faut savoir que dans ces paradis, il ne s’agit de petits comptes avec des sommes en dizaines ou à la limite centaines de milliers d’euros ou de dollars, comme du temps des comptes numérotés en Suisse. Là ce sont des comptes avec des millions d’euros, de dollars ou autres devises.

J’ai entendu, Michel Platini, qui semble avoir un compte au Panama, contester et rappeler qu’il est fiscalement Suisse. Il faudrait qu’il se rappelle, qu’il a dû négocier avec le Canton où il se trouve, un impôt forfaitaire en rapport avec ce qu’il a déclaré. Effectivement, il n’aura de problèmes avec Bercy, mais avec l’équivalent en Suisse. Mais, peu importe.

Après, il y a tous ceux qui sont des dirigeants de pays à la démocratie plus que limité ou leurs proches (je ne citerai personne, je vous laisse deviner et faire la liste). Ils ne craignent rien (enfin peut-être), car ces dirigeants sont à la fois l’exécutif, le législatif et la justice. Pour eux, tous va pour le mieux, sauf si le peuple leur demande des comptes, de manière si violente qu’il n’arrive plus à le mater.

Concernant la France, il y aurait, a priori, un millier de comptes appartenant à des Français ou des entreprises Françaises, dont de grandes banques ayant – comme on le dit – pignon sur rue.

Au sujet des particuliers, je m’interroge. Comme il s’agit de sommes très importantes : ça leur sert à quoi. Ce n’est pas de l’argent facile à utiliser, voire inutilisable. C’est de l’argent qui dort. De l’argent mal acquis, de l’argent sale.

Que des gens gagnent un peu d’argent, comme on le dit « au black », ce n’est pas légal (je trouve cela malhonnête), mais c’est de l’argent qui reste dans le circuit. Qui sera utilisé pour des dépenses courantes. Donc qui paiera – notamment – de la TVA sur les achats.

Mais avec ces comptes, c’est franchement de l’argent qui sort du circuit de la consommation. De l’argent qui serait utile à ce ceux qui en ont besoin et qui est inutile pour ceux qui l’enferment au Panama.

Par ailleurs, je suis persuadé, qu’avant l’affaire Panama Papers, ces détenteurs de comptes ne devaient pas dormir en paix :
– peur de perdre leur précieux argent qui ne leur sert à rien. Et l’impossibilité de porter plainte, s’il disparaît,
– peur d’être dénoncé (ça y est c’est fait).

Maintenant, les détenteurs de comptes au Panama doivent passer de drôles de nuits blanches, à attendre en tremblant une convocation qu’ils trouveront fort désagréable. Je trouve cela très drôle et je n’irai les plaindre un instant, ces gens qui ont triché avec le système au point d’accumuler des millions d’euros, de dollars ou autre.

Il reste quelques paradis fiscaux, il faut qu’ils disparaissent tous.

En tous les cas, je trouve l’affaire Panama Papers absolument génial et félicitation une fois encore aux journalistes pour l’avoir découvert.

Et pour la France, bon courage à tous nos fonctionnaires qui vont travailler sur ces dossiers et faire rentrer des milliards dans les caisses de notre pays.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*