Accueil / Politique / Automobilistes… arrêtez de râler !

Automobilistes… arrêtez de râler !

Je pense que c’est une minorité qui fait du tapage, je n’arrive à imaginer que la grande majorité des automobilistes soient des anarchistes.

En France, comme un peu partout dans le monde, pour conduire il ne suffit pas d’avoir une voiture, il faut aussi avoir un permis de conduire et une assurance.

Normalement, lorsque l’on a passé son permis de conduire, on a appris un certain nombre de règles et d’obligations, que l’on va retrouver dans « Le Code de la route » sur Legifrance.

Le Code de la route, comme tous les autres codes s’impose à nous, que ça nous plaise ou non.

Dans les autres domaines, généralement, on va éviter de se mettre hors la loi, par exemple on s’interdira d’être des voleurs pour éviter la prison et/ou une amende. (art 311.4 du Code pénal : Le vol est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende…)

Alors, pourquoi nombre d’automobilistes ne veulent pas respecter le Code de la route, qui fait partie de l’ensemble des codes que l’on peut consulter sur Legifrance ?

Sauf revirement de dernière minute (tout est toujours possible en politique : ceux qui nous gouvernent aujourd’hui comme le faisaient ceux d’hier et sans nul doute ceux de demain : ils peuvent manger leur chapeau, avaler des couleuvres, retourner leur veste,… enfin faire le contraire de ce qu’ils ont décidé). Pour le moment, à partir du 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires va passer de 90 à 80 km/h.

Je me demande, si ceux qui en ce moment râlent, protestent, se plaignent, trépignent comme des enfants gâtés… respectent la limitation à 90 km/h. Ne font-ils pas partie de ses furieux qui roulent à n’importe quelle vitesse.

On verra bien !

Dans un autre registre toujours pour les automobilistes : le stationnement en ville. La plupart du temps, il faut payer. Jusqu’à présent, la contravention était très faible et le risque de faire prendre lui aussi… très faible.

Résultat, de mauvaises habitudes ont été prises.

Mais depuis le 1er janvier, tout a changé, les contrôles sont beaucoup plus fréquents et les contraventions beaucoup plus coûteuses.

Les automobilistes qui se sont fait prendre… râlent ! Ils se garent, refusent de payer le prix du stationnement, ils prennent un risque et ils se plaignent lorsqu’ils se font prendre en flagrant délit d’infraction. Lorsque l’on joue, il faut accepter de perdre.

Il semblerait, par le passé, à Paris seulement 4 % des automobilistes payaient le stationnement, et qu’aujourd’hui, ils seraient 14 % à le payer.

Lorsque les 86 % de contrevenant auront compris que ça leur coûte plus cher de jouer au con en stationnant sans payer, ils payeront pour stationner.

Qu’importe que les contrôles soient effectués par des fonctionnaires ou des gens du privé, un contrevenant est un contrevenant, c’est tout.

Il est nécessaire que les automobilistes arrêtent de rouspéter, de faire n’importe quoi, et qu’ils acceptent de respecter – tout simplement – le Code de la route.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*