IdéesRéflexions

Après Antoine Riboud, Danone a retrouvé un Président social

Antoine Riboud, auprès duquel j’ai travaillé 20 ans, méritait par ses discours et par ses faits et gestes la réputation d’être en patron social.

Quand il devait fermer une usine après ses nombreux rachats d’entreprises de l’époque, son groupe s’impliquait financièrement dans le replacement du personnel, en rachetant notamment leurs habitations pour en faciliter la mobilité, il avait personnellement tenté de sauver l’activité horlogère de la marque Lip.

Aujourd’hui, c’est autour d’Emmanuel Faber, l’actuel Président directeur général du groupe Danone, ex BSN Gervais Danone que j’ai connu de se montrer être un dirigeant social.

A ce titre, il a renoncé devant les actionnaires, réunis en assemblée générale, à le retraite chapeau d’un montant de 28 millions d’euros, financé par le groupe qui devait lui assurer une pension à vie de 1,2 million, en plus des retraites conventionnelles.

Il conserve son salaire de 2,8 millions d’euros par an et bénéficiera, lorsqu’il aura pris sa retraite, de la pension complémentaire qui y est rattachée, au même que les cadres du groupe, ce qui fera d’eux des « retraités riches » au sens du régime Macron.

Lors de cette assemblée tenue le 25 avril, il a également renoncé à son indemnité de départ de non concurrence, en dénonçant « l’insoutenable concentration des richesses dans le monde » un discours qui aurait plu à Antoine Riboud, qui opposait l’être à l’avoir.

Il a dit « Les décennies de croissance économique auront épuisé les ressources de la planète avant d’étancher notre soif de posséder, notre modèle de production-consommation nous ayant entrainé dans une économie de l’avoir plutôt que de l’être, avec pour conséquence l’insoutenable concentration des richesses dans le monde « qu’il qualifie de bombe à retardement », en complétant la pensée d’Antoine Riboud.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.