Accueil / Réflexions / Apple Watch et obsolescence programmée

Apple Watch et obsolescence programmée

montre0807J’ai fait partie des premiers à posséder une Apple Watch, un modèle sport, à un peu plus de 400 euros, je trouve que mettre plus n’était pas intelligent.

Que les choses soit clair, je ne vais pas être sympathique avec la Watch dans ce qui suit, mais ce n’est pas le principe de la montre qui me pose problème, mais tout le reste qui est autour. Vous comprendrez en lisant ce qui suit.

La Watch en elle-même, est un produit intéressant, qui est un bon complément de l’iPhone. Par exemple, pour lire ses SMS, passer au morceau de musique suivant,… sans sortir son iPhone de sa poche et lorsque l’on est dans les transports en communs c’est mieux. Pour le moment les applications qui ont un intérêt sont assez limitées mais ça viendra. Les développeurs ont de l’imagination.

Revenons à l’environnement de la Watch. A priori, 400 euros pour une montre c’est cher, mais ce n’est pas très cher. Lorsque l’on regarde le prix des montres de marques, pour ce montant on peut avoir une montre de chez Tissot mais pas chez Oméga.

Les Watch moyens de gamme touchent les montres de marques. Mais, il n’est pas intelligent de dépenser plus de 400 euros, tout simplement parce que ce n’est pas une montre… durable.

Si j’achète une montre, j’allais dire « normale », c’est une montre mécanique et je ne rien à faire tout au long de sa vie, ou bien c’est une montre électronique et il suffit que je fasse changer la pile lorsque cela s’avère nécessaire. Mais, je vais garder très longtemps ce type de montre. J’ai une montre électronique étanche Seiko depuis une quinzaine d’années et en dehors d’avoir – une seule fois – evoyé chez Seiko pour faire changer le bracelet et refaire l’étanchéité, elle fonctionne comme au premier jour.

Qu’en est-il de la Watch d’Apple ?

C’est une sorte de montre électronique, mais au lieu d’avoir une pile qui va durer plusieurs années, elle contient une batterie qu’il faut recharger tous les jours.

Donc, pas de raison que cette montre électronique vive moins longtemps que ma montre électronique Seiko.

Sauf, qu’il y a déjà, un premier problème : la batterie qu’il faut recharger tous les jours, c’est son premier talon d’Achille. Or, les batteries sont prévues pour supporter avant de perdre en capacité, environ un millier de rechargements.

Si je calcule bien, une année faisant 365 jours, en moins de 3 ans ma Watch aura des problèmes de batterie, elle tiendra moins bien la charge. Pas question d’aller chez l’horloger comme pour la faire changer comme la pile de ma montre. C’est direction Apple et là… ça coûte combien. J’ai bien peur, comme le dirait mon garagiste que « ça me coûte un bras ! ».

En comparant avec ma montre Seiko, 15 ans, je fais changer la pile tous les 4 ans environ pour 10 euros à chaque fois. Soit 4 piles pour 40 euros (même pas, la première pile était fournie avec la montre). Plus, l’envoi chez Seiko pour le bracelet et l’étanchéité, le tout m’a coûté 100 euros. J’ai donc dépensé moins de 150 euros en 15 ans. Je suis persuadé que le changement une seule fois de la batterie, me coûtera plus cher que ma Seiko en 15 ans.

Sauf, qu’il y a un autre problème l’obsolescence programmée par Apple, c’est le second talon d’Achille de la WATCH. Ce n’est pas la montre qui va tomber en morceaux. Mais simplement Apple qui arrêtera les mises à jour du système comme avec les iPhones et iPad).

Mais, là c’est une montre. On change souvent de smartphone très souvent, pas de montre. De coutume, on garde sa montre J’ai un copain de ma génération, qui a donc plus d’un demi-siècle, qui porte la montre qu’il a eue pour sa première communion.

Vous imaginez acheter une montre en or qui est vendu plus de 10 000 euros et dont la batterie sera morte en moins de 3 ans et qui sera technologiquement dépassée en 1 an. Mais, même une montre à un millier d’euros obsolète en 1 an.

Il y a des rumeurs (et il n’y a jamais de fumées sans feu) qui annoncent la sortie en 2016 d’une nouvelle Watch qui serait plus fine, avec une caméra et une meilleure autonomie (et probablement avec plus de mémoire et un processeur plus rapide). Apple risque de tenir la même cadence que pour les iPhones, renouvellement de la gamme tous les ans.

Je fais quoi de ma Watch de première génération. Au-delà de la durée de vie de la batterie, je crois que l’obsolescence est la première limite de ces montres Apple.

Si les ventes ont très bien démarré au lancement, avec la pénurie programmée. J’ai commandé ma Watch le jour de l’ouverture de prè-commande et je l’ai reçue une semaine après le début des livraisons.

Il semblerait que les ventes se tassent, certains disent même s’effondrent.

C’est vrai que tous les gens à qui j’ai montré ma Watch, trouvent que c’est sympa, intéressant, mais personne n’a dit, « c’est génial j’en veux une ». Par contre plusieurs personnes m’ont fait la remarque qu’Apple poussera très vite cette première génération dehors en présentant une nouvelle montre. Et qu’acheter une Watch pour un aussi court usage ce n’est pas conforme la durée de vie d’une montre.

Aujourd’hui, avec l’annonce officieuse de la Watch 2, il serait idiot de commander une Watch 1. Si je n’avais pas de Watch, j’aurai envie d’en avoir une, mais avec les bruits annonçant la suivante et bien je patienterai, jusqu’en 2016.

Je crois que, pour les montres, Apple devrait avoir une autre approche que la vente. Il faudrait une forme de location, pourquoi pas avec une caution au départ. Pour une Watch, je paye x euros par mois (en fonction du modèle que je choisis) et à chaque fois qu’un nouveau modèle sort, je rends l’ancienne montre et on me donne la nouvelle.

Dans ces conditions, il y a une possibilité d’être sur le créneau des montres, sinon même à 400 euros c’est déjà horriblement cher pour un objet qui vit aussi peu de temps.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*