Accueil / Réflexions / Il y a pire que de manger du saumon génétiquement modifié

Il y a pire que de manger du saumon génétiquement modifié

Il est recommandé, pour des raisons de santé, de limiter la consommation de poissons et des crustacés pêchés ou élever dans l’eau de mer, à un repas par semaine.

La mer est polluée par les métaux lourds qui y ont déversé depuis des décennies par l’activité humaine et qui se retrouvent dans la chaine alimentaire via les poissons et les crustacés qui y sont pêchés et, peut-être un peu moins, dans ceux qui y sont élevés, selon les zones d’élevage, impossible à identifier, mis à part les huitres et les moules, dont l’origine est affichée.

Par contre on trouve dans ces derniers les traces des antibiotiques déversés à titre de prévention contre les maladies, dans les bassins d’élevages, ce qui n’est pas mieux.

Or, il se trouve, alors que les organismes génétiquement modifiés, les OGM ont mauvaise presse, particulièrement en France, bien que, jusqu’à présent on n’a rien de particulier à leur reprocher, des chercheurs américains ont mis au point des saumon génétiquement modifiés.

Celui-ci atteint sa taille adulte deux fois plus rapidement qu’un saumon traditionnel et nécessite 75 % de nourriture en moins, ce qui devrait assurer son succés commercial très rapidement.

Les autorités canadiennes ont approuvé la commercialisation des saumons OGM à destination de la consommation humaine au moment où le traité de libre échange, qui lie le Canada à l’Union européenne, le CETA est entré en vigueur.

Il va de soi que les adversaires du CETA et les adversaires des OGM ont des raisons de se déchainer contre l’idée de manger du saumon OGM, soit directement soit dans des préparations culinaires aux saumons.

Alors, il faudra choisit entre le saumon canadien qui risque d’être OGM et celui des autres provenances, qui ne manquent pas dans l’Union européenne, sauf que le saumon OGM devrait être nettement moins cher.

Je me souviens encore du saumon sauvage fumée, coupé tranche par tranche, chez les bons faiseurs, place de la Madeleine à Paris, qui avait « du gout ».

C’était avant !

 

 

 

 

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , “Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend ”  en ajoutant ” à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit “

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*