Accueil / Politique / Un verdict doit tomber : transférer ou non l’aérodrome de Nantes à NDDL

Un verdict doit tomber : transférer ou non l’aérodrome de Nantes à NDDL

L’aérodrome de Nantes a été créé à une époque où toutes les villes d’une certaine importance voulaient avoir leur aérodrome, faute d’une liaison rapide par la route ou par le train, avec Paris.

C’était relativement facile, car faute de candidats voyageurs en grand nombre, on utilisait au départ de petits avions d’occasion, qui ne volaient que de jour, en se contentant de pistes courtes qui auraient pu être en terre compactée.

C’est Air Inter la filiale d’Air France créée à cet effet, qui en était l’opérateur notamment avec un avion de 36 places, sur la ligne Paris-Pau, l’une des premières liaisons, parce que subventionnée, un Viking datant de 1936, qui a failli s’écraser un soir au retour et c’était la fin de cette liaison.

Puis, les liaisons internes se sont développées, avec une nouvelle génération d’avions, les turbopropulseurs et l’aérodrome de Nantes s’est créé dans la foulée, avec l’ambition de desservir le « Grand Ouest ».

Des activités se sont implantées autour, dérangées rapidement par le bruit des avions, toujours peu nombreux, à l’arrivée et décollage et cela depuis quarante ans, avec pour solution son transfert de Nantes à Notre Dame des Landes, NDDL.

Ce projet ne semble pas avoir été pris au sérieux, tout en soulevant des positions de principe, pour ou contre, inconciliables et irréductibles par définition, par contre, pour donner le change, les études et consultations n’ont pas manqué.

Aujourd’hui la situation a dérapé sur le terrain et le gouvernement d’Emmanuel Macron, qui en a hérité, se trouve devant un problème comparable à celui de Bure dans la Meuse, autour du projet d’enfouissement des déchets radioactifs.

Entre-temps, le rôle de l’aviation civil dans le domaine des liaisons internes a été affecté par le développement du réseau autoroutier et ferroviaire qui assurent les liaisons internes, tout en drainant les voyageurs internationaux vers les grandes plateformes que sont : Paris, Nice et Genève.

Le rôle des aérodromes régionaux est d’assurer les transports du courrier, des colis et des vols saisonniers à la demande, par charters.

Le gouvernement, placé au pied du mur, s’est engagé à communiquer avant la fin du mois sa décision au risque de faire des vagues et il se tourne actuellement vers les élus locaux, pour connaître leur sentiment, car ce sont eux qui seront en première ligne s’il y a des réactions violentes.

Il leur parlera aussi « gros sous » car il restera à financer, soit la construction d’un nouvel aérodrome, soit de l’adaptation de l’actuel aérodrome de Nantes aux conditions du trafic à venir.

Pour ma part, je pense que cette question pèsera sur la décision à prendre, bien que l’on n’en ait pas vraiment parlé.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.