Accueil / Réflexions / Une affaire d’État ou de l’État, comme on la voit

Une affaire d’État ou de l’État, comme on la voit

Depuis plus d’une semaine, l’actualité politique du pays est agitée par des révélations de faits commis le 1er mai à Paris, qui impliquent un chargé de mission, Alexandre Benalla, membre du cabinet du président de la République à l’Élysées.

L’affaire se complique parce que celui-ci a eu un « comportement inapproprié » frisant le délit pénal, dont il aura à rendre compte, le cas échéant, à la justice.

De plus il a bénéficié de certains éléments distinctifs, réservés normalement aux forces de l’ordre, qui lui ont permis d’être présent, on ne sait pas pour quelle raison, aux manifestations du 1er mai, sur lesquels, ceux eux qui les lui ont accordés, auront à s’expliquer.

Ce personnage, qui semble être un proche de président Macron, comme le montrent de nombreuses photos où on les voit côte à côte, n’a pas de rôle spécifique de conseiller à son cabinet.

Il semble être chargé de sa protection et de certains de ses problèmes personnels.

Cette fonction, si c’est dont il s’agit, impose une grande réserve et l’obligation de ne pas se montrer en public ce qui n’a pas été le cas ce 1er mai.

Emmanuel Macron aurait dû, dire immédiatement aux Français, quel a été le rôle de ce personnage près de lui, l’affaire se serait probablement arrêtée immédiatement, sans que, l’on se demande si c’est une affaire d’État ou de l’État.

Il a pris la parole trop tard, sans s’adresser au bon public, avant que cela ne parte dans tous les sens, alors que l’on peut se demander maintenant, si cela ne cache pas autre chose, que l’on ne nous dit pas.

Depuis le début de la 5èmeRépublique, qui donne des pouvoirs très forts au président de la République, tous les présidents qui se sont succédé, à commencer par le Général de Gaule, ont été impliqués, souvent malgré eux, dans des affaires d’État, qui ont fait du bruit.

C’est la fonction qui semble le vouloir, le tout est de savoir la gérer, à Emmanuel Macron de trouver le bon chemin.

Il n’est pas certain, que nombreux Français, partis en vacances ou souffrant de la canicule en ville, se sentent concerné par cette lamentable histoire.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.