Accueil / Tests Produits / Le Ti’Be est un porte-clés connecté pour ne plus perdre ses affaires

Le Ti’Be est un porte-clés connecté pour ne plus perdre ses affaires

tibe01Certains reprochent aux objets connectés d’envahir notre quotidien, c’est peut-être vrai, mais ce sont des objets pratiques, où chacun à un usage bien précis et qui nous font gagner du temps sur des tâches simples

Dans la famille des objets connectés, j’ai testé le Ti’Be 2 de la société Ticatag, un drôle de petit objet, rond du diamètre d’une pièce de 2 euros, épais comme un peu plus de 2 pièces et très léger.

De prime abord, on a l’impression d’un objet creux et pourtant, c’est un objet connecté qui contient une minibalise Bluetooth 4.0 Basse Consommation, compatible iBeacon. Ce qui permet à la pile de tenir longtemps.

Heureusement, cet objet n’est pas simple à ouvrir. L’un des 2 côtés est un couvercle qui tient en place parce qu’il est bien ajusté. Il faut faire attention en l’ouvrant de ne pas déformer le boîtier.

Avant de mettre en marche ce petit objet, la première chose à faire est d’installer l’application Ti’Be, elle est disponible sur Androïd (Google) et iOS (Apple). J’ai installé la version iOS sur mon iPhone. C’est très rapide, en quelques instants c’est installé et utilisable.

tibe02Une fois l’application installée, il ne reste plus qu’à mettre en marche le Ti’Be pour cela, il suffit d’appuyer sur le centre de ce petit objet, il va clignoter et émettre un son.

Puis, de l’appareiller avec son smartphone. Mon Ti’Be a été reconnu du premier coup. Il reste à donner un nom à son Ti’Be, il est possible d’avoir plusieurs Ti’Be, pour suivre à la trace plusieurs objets : un pour ses clés d’appartement, un autre pour ses clés de voitures, un troisième pour sa serviette, un quatrième au collier son chien ou chat,…

Enfin, à toute sortent d’objets (les chiens et chats ne sont pas dans cette catégorie) qui ont un risque de se retrouver là où il ne devrait pas et que l’on passe du temps à rechercher. Et que l’on fini par retrouver à des endroits improbables (tout à fait possible pour un chat, s’il accepte de porter un collier).

On pourra chercher un objet, chez soi, le Bluetooth ne porte qu’à quelques mètres, ce qui est suffisant pour un appartement. Très ludique, au-delà de faire sonner le Ti’Be, l’application change de couleur en fonction de « on s’approche ou pas du Ti’Be ». C’est intéressant, car le Ti’Be n’a pas un son très fort.

Par ailleurs, l’application permet de géolocaliser les objets sur lesquels sont accrochés ses Ti’Be et donc de visualiser la dernière position d’un objet perdu, même s’ils sont hors de portée Bluetooth.

Par exemple, en arrivant chez soi point de clé d’appartement dans votre poche. Le smartphone vous montrera, sur une carte la dernière position connue. Vous saurez, immédiatement, si vous les avez oubliées au bureau (donc elles ne sont pas perdues) ou dans la rue et où.

tibe03Le Ti’Be dispose d’un bouton ingénieux, paralétrable depuis l’application installé sur le smartphone, qui permet de faire sonner son smartphone égaré et propose aussi de nombreuses autres fonctions ludiques comme déclencher à distance l’appareil photo de son smartphone pour prendre ses Selfies ou réaliser un « check in » sur ses réseaux sociaux (Facebook, Foursquare…).

Enfin, le Ti’Be a un plus par rapport à d’autre objet connecté de même nature, il est possible de déclarer son objet « perdu », pour activer la recherche par l’intermédiaire des autres propriétaires d’application Ti’Be. Encore, faut-il ne pas l’avoir perdu en pleine campagne mais à un endroit où il y a une probabilité suffisante qu’il y ait des propriétaires de Ti’Be.

C’est un objet connecté à acheter à la pièce un par lot pour soi où à offrir.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*