Accueil / Politique / Si Nicolas Hulot persiste il risque de priver la France d’Électricité

Si Nicolas Hulot persiste il risque de priver la France d’Électricité

Il a hérité du problème de Fessenheim, la centrale nucléaire que François Hollande voulait arrêter avant la fin de son mandat, pour le principe, qu’il n’a pas pu arrêter parce que l’on avait besoin de sa production d’électricité et que l’on a toujours besoin.

Il a aussi hérité de la décision prise dans le cadre de la loi sur la transition énergétique de 2015 de ramener la part du nucléaire dans le mix électrique français de 75 % à 50 %, alors que sa part a représenté en 2016, 72,3 %.

Pour lui, la mise en application de ces décisions semble être devenue un problème théologique, alors qu’il faut savoir d’abord par quoi remplacer la production des réacteurs nucléaires, avant de les mettre à l’arrêt.

La France, grâce à son industrie électronucléaire produit le gros de son électricité sans émissions de gaz à effet de serre, il faut y ajouter 10 à 12 % d’électricité d’origine hydraulique, selon les saisons, une énergie renouvelable classique mais non extensible, alors que la France est en retard dans le domaine de renouvelable, type éolien et solaire et ne peut toujours passer des combustibles fossiles, pour faire l’appoint.

Les énergies fossiles, charbon, pétrole et gaz intervient encore pour près de 9 % dans la production.

Toutes les sources de production additionnées, n’ont pas permis à EDF de couvrir les demandes d’électricité lors de la vague de froid de février dernier et elle a évité de justesse les coupures grâce aux importations en provenance essentiellement d’Allemagne.

Notre voisin a réactivé ses mines de charbon et de lignites, pour alimenter ses nouvelles centrales thermiques, après avoir fermé prématurément la moitié de son parc nucléaire, après la catastrophe de Fukushima, ce qui lui a permis de rester exportateur d’électricité.

La France risque de se trouver dans la même situation si elle renonce à renouveler temps son parc nucléaire, en attendant la montée en capacité des énergies renouvelables et notamment l’éolien offshore, bloqué par l’intervention des opposants.

Nous pourrions à notre tour être obligés de développer le recours aux énergies fossiles comme le gaz naturel liquéfié, certes moins polluant que le charbon, notamment pour alimenter les postes de chargement des batteries des voitures électriques qui devraient arriver, d’ici peu, massivement sur le marché.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.