Accueil / Infos / Selon l’OCDE il y a plus d’ouvriers pauvres en France qu’en Allemagne

Selon l’OCDE il y a plus d’ouvriers pauvres en France qu’en Allemagne

En 2015, le pourcentage de travailleurs pauvres, c’est-à-dire vivant sous le seuil de la pauvreté, avec moins de 50 % du revenu médian, était de 3,7 % en Allemagne, contre 7,1 % en France soit deux fois plus, selon les chiffres publiés le 8 mai par l’Organisation de coopération et de développement économique, l’OCDE.

Par contre, si l’on se fie à Eurostat, l’office statistique européen, en 2016, il y avait 9,5 % de travailleurs pauvres en Allemagne, contre 7,9 % en France, ce qui ne change rien pour nous.

Cette différence s’explique, selon le directeur de la division emploi de l’OCDE par le fait que ces données ne mesurent pas les mêmes choses, c’est là le charme des statistiques.

Il y a bien entendu le problème du chômage, des emplois à temps partiel, des emplois précaires, qui varient d’un pays à l’autre, selon les politiques suivies, notamment pour ce qui est des transferts sociaux, pour expliquer la différence entre la France et l’Allemagne.

Globalement, il faut retenir de ces chiffres, qu’en Allemagne comme en France, les travailleurs qui ne peuvent pas vivre de leur travail, sont mal payés, il n’y a pas de solution instantanée lorsque le capital pompe les revenus du travail, parce que les gouvernements n’y peuvent rien.

En France, les observateurs se demandent ce que prépare Emmanuel Macron pour la suite du quinquennat, alors que les premières réformes, terminées ou en cours, n’ont pas amélioré le pouvoir d’achat de la population.

C’est le cas des salariés du privé qui ont bien bénéficié de la suppression partielle des charges sociales prélevées sur leur salaire brut, mais sans y voir pour autant une amélioration de leur pouvoir d’achat à cause de l’augmentation des impôts et des taxes, décidées par ailleurs et qu’il est inutile de rappeler ici.

Il risque d’en être de même avec la suppression progressive de la taxe d’habitation, car le gouvernement a promis de ne pas créer de nouveaux impôts. Mais, il ne s’interdit pas d’augmenter ceux qui existent, même si, dans ce cas, ce ne sont pas la classe ouvrière, mais les classes moyennes qui paieront l’addition.

Par contre tout le monde attend la diminution des dépenses publiques, une bonne réforme qui tarde à venir.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*