Accueil / Idées / Rien ne va plus sur les routes en France

Rien ne va plus sur les routes en France

accident1806Mois après mois, les chiffres publiés par l’ONISR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) ne sont pas bons, la mortalité routière augmente, en France.

Concrètement, en mai 2014, il y a eu 260 morts et en mai 2015, il y en a eu 265, soit +1,9%. Sur les 5 premiers mois de l’année, l’augmentation de la mortalité, par rapport au 5 premiers mois de 2014, est de +2,3% (1 264 morts contre 1 235).

Par contre le nombre de blessés diminue (-6,2% sur 1 mois et -7,3% sur mois).

Est-ce paradoxal ?

Non, même si les ventes de voitures neuves n’affichent pas une croissance importante, le parc automobile se renouvelle. Et les voitures modernes apportent une sécurité beaucoup plus importante que par le passé : les airbag, mais également la manière dont la carrosserie va se déformer, …

Aussi, en cas d’accident, le conducteur et ses passagers seront bien mieux protégés. Ils ont de forte chance de ne pas être blessés à la suite d’un accident.

Et l’un des problèmes de l’augmentation de la mortalité vient, peut être de là. Les conducteurs savent que leur voiture est plus sécurisée, qu’elle a une meilleure tenue de route, des systèmes de tenue de route, d’anti-dérapage, …. Cela pousse le conducteur à aller au-delà des capacités de sa voiture.

Prenons un exemple, par le passé à l’abord d’un virage sur une route Nationale, il fallait ralentir, puis réaccélérer (dans la courbe) pour compenser la force centrifuge et la force centripète. Enfin, pour avoir une meilleure adhérence. Qui le fait, aujourd’hui, tout le monde se dit que la voiture, avec son équipement informatique, se débrouillera et qu’il n’est point besoin de ralentir avant une courbe. Seulement, il a des cas, où malgré l’informatique, c’était trop serré et c’est la sortie de route.

Par ailleurs, par le passé, il n’y avait rien dans une voiture pour distraire le conducteur, en dehors d’un pauvre auto-radio, peut être équipé d’un lecteur de K7, c’était le désert.

Aujourd’hui, il y a les équipements installés dans la voiture, avec de plus en plus d’écrans (souvent tactiles).

Il serait intéressant de savoir combien de temps passe les conducteurs à consulter et piloter ces équipements plutôt qu’à regarder la route.

Au-delà, des équipements installés dans la voiture, il y a ceux que le conducteur a dans sa poche, principalement son smartphone. Là, encore, il serait bien de savoir, quel est le pourcentage de conducteurs qui, au moins de temps à autre, sort de sa poche son smartphone et l’utilise avec tout en conduisant.

Résultat, les conducteurs ne passent plus 100% de leur temps à conduire, à regarder la route, ils sont distraits par de nombreux équipements.

Il suffit, d’observer en ville, ce que font les conducteurs en plus de … conduire. J’en ai vu un, il y a quelques semaines à Paris, j’attendais tranquillement de pouvoir traverser. Une voiture passe devant moi, pas très vite. Mais, le conducteur n’était pas en train de regarder la route, a priori il pianotait sur l’écran du GPS de sa voiture. Le problème, cette rue arrivait sur un rond-point et en continuant tout droit. Sa voiture et le rond-point n’ont pas fait bon ménage. Heureusement, il n’y a pas eu de blessés.

Il y a peut-être moins de blessés, grâce à la sécurisation des voitures, mais la sécurité – en cas d’accidents – a des limites, d’où l’augmentation du nombre de tués. À partir d’une certaine vitesse, si les passagers et conducteurs ne sont pas attachés, et pour les autres usagers de la route, aucun automatisme actuel ne pourra agir, si le conducteur perd le contrôle de sa voiture ou ne regarde même pas la route.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*