Accueil / Politique / Les retraités doivent savoir à quoi sert le prélèvement supplémentaire sur leurs pensions

Les retraités doivent savoir à quoi sert le prélèvement supplémentaire sur leurs pensions

L’une des promesses électorales du candidat Macron, élu depuis président de la République était de redonner du pouvoir d’achat aux salariés du secteur privé en supprimant la part salariale des cotisations maladie et chômage.

Il a ajouté, que cette perte de recettes pour la Sécurité sociale, serait compensée par une majoration de 1,70 % de la CSG, perçue sur tous les revenus, une annonce que personne n’a retenu sur-le-champ.

Une fois élu et il a tenu sa promesse, ou presque car, depuis le 1er janvier, la majoration de la CSG est appliquée sur tous les revenus, y compris sur les pensions de retraite supérieures à 1 200 euros par mois.

La Sécurité sociale vient d’en informer ses ressortissants, en parlant pudiquement d’une « évolution » de la CSG à partir des pensions du mois de janvier, payées en février.

Par contre, contrainte budgétaire oblige, la baisse promise des cotisations sera finalement étalée dans le temps.

La cotisation maladie qui représente 0,75 % du salaire est effectivement supprimée dès le 1er janvier 2018, par contre la cotisation chômage de 2,4 % du salaire est quant à elle, abaissée de 1,45 %.

Cette baisse des cotisations : 0,75 % + 1,45 %, soit 2,2 % est rognée pas la majoration de 1,70 % de la CSG qui passe de 7,50 % des salaires à 9,2 %, ce qui permet à l’État d’engranger quelques milliards de recettes fiscales supplémentaires.

Officiellement, il s’agit d’un report au 1er octobre prochain, date à laquelle, sauf fait nouveau, la part salariale de l’assurance chômage sera totalement supprimée.

Ce n’est pas une hypothèse d’école, le décalage de 2018 à 2019 de la revalorisation très attendue des pensions de base de la Sécurité sociale, bloquée depuis 3 ans a bien et bel été décidé par le gouvernement, alors qu’elle aurait permis de limiter, tant soit peu, la baisse du pouvoir d’achat des retraités, qui sont aujourd’hui les plus pénalisé par cette promesse électorale.

Quant aux heureux bénéficiaires de cette mesure, le calcul du gain est vite fait ; 2,20 % – 1,77 % = 0,50 %, c’est, pour le moment, leur gain théorique de pouvoir d’achat.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.