Accueil / Réflexions / Pour réduire la circulation dans Paris, il suffit d’en bloquer les accès

Pour réduire la circulation dans Paris, il suffit d’en bloquer les accès

Ceux qui sont en charge de la circulation en ont apporté la preuve le dimanche 23 juillet, jour de l’arrivée Tour de France à Paris, même au-delà de tout espoir, Paris était inaccessible depuis le sud.

La tradition veut que le Tour se termine par quelques boucles sur les Champs Élysée et non pas à Meymac dans la Corrèze, endroit moins prestigieux… Quoi que !

Il faut bien que les valeureux cyclistes et tous ceux qui les entourent et qui font le folklore de la course arrivent aux Champs Élysée et, cette fois-ci leur entrée en ville était prévue par la porte d’Orléans, en passant en direction de l’ouest par les boulevards des maréchaux, rétréci par les rails du tram, jusqu’au pont du Garigliano.

Il suffisait de leur réserver, comme tout au long de leur trajet, les voies empruntées en cherchant à causer, s’agissant de voies publiques un minimum de difficultés aux riverains et aux autres usagers.

Au lieu de cela, les autorités qui avaient en charge la traversée de Paris ont fermé inutilement, dès 9h30, toutes les sorties du périphérique intérieur, depuis l’arrivée de l’autoroute du Sud jusqu’à la sortie du quai d’Issy, première ouverte depuis l’arrivée de l’autoroute.

La sortie aurait pu et dû restée ouvertes, jusqu’au passage du tour sur le boulevard périphérique, pour permettre aux automobilistes de pénétrer en ville mise à part une courte coupure.

Au lieu de cela, la circulation se faisait au pas et, seule les initiés ont su profit, une fois arrivé à sa hauteur, de la sortie quai d’Issy, peu visible de ceux qui ne la connaissent pas.

Bien sûr, la partie de Paris réservée aux exploits des cyclistes était bloquée, comme à l’accoutumée depuis le matin jusqu’à tard le soir, mais pour le blocage des sorties du périphérique, c’était nouveau.

On sait que la Maire de Paris, bien secondé par son adjoint à la circulation, n’aime pas les automobilistes, qui voudraient au moins pouvoir rentre tranquillement chez eux, dimanche soir.

Savent-ils au moins qu’ils sont des élus, qu’ils ont de comptes à rendre et qu’ils ne peuvent pas agir à leur guise ?

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , “Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend ”  en ajoutant ” à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit “

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*