Accueil / Réflexions / Pour la propulsion des voitures, il ne restera plus que l’essence

Pour la propulsion des voitures, il ne restera plus que l’essence

Théoriquement, celui qui veut acheter une voiture à l’heure actuelle a le choix, pour sa propulsion entre le gazole, c’est-à-dire le moteur diesel, l’essence ou l’électricité pure ou sa version hybride.

Commençons par la voiture électrique qui restera un gadget tant que la charge des batteries de la voiture prendra, avec notre réseau de distribution, des heures, à condition de trouver à l’avenir de l’électricité en quantité suffisante.

Ce n’est pas garanti si le parc de voitures électriques se développe, alors qu’EDF est empêtrée dans des difficultés sans fin dans le nucléaire alors que le gouvernement prévoit l’arrêt progressif des centrales en activité, sans avoir programmé leur renouvellement, en comptant sur l’énergie renouvelable, tributaire du soleil et du vent.

L’achat d’une voiture hybride, à condition d’être rechargeable, revient relativement cher, car elle a deux moteurs et elle roule à l’essence une fois la batterie vidée, après quelques dizaines de kilomètres, notamment sur route, ce qui en réduit singulièrement l’économie d’énergie.

Les voitures équipées de moteurs diesel ont fait de gros progrès, mais les constructeurs ne maîtrisent pas la pollution qu’elles dégagent, ce qui les a obligés à truquer les moteurs pour leur faire passer les tests d’homologation et de contrôler, ce qui n’est pas resté inaperçu, c’est le moins que l’on puisse en dire.

À cause de cette pollution, elles sont dans le collimateur des municipalités et risquent d’être interdits, même les plus récentes, de circuler librement en centre-ville.

Le gazole qui coûte plus cher à produire que l’essence, bénéficie en France depuis des dizaines d’années d’une fiscalité réduite, qui diminue son prix à la pompe de plus de 15 centimes le litre, par rapport à celui du super 95, ce qui a permis de développer le diesel, à une époque où il laissait à désirer au plan de la conduite.

Dès à présent, la motorisation diesel a pratiquement disparu des petits modèles des constructeurs, mais le choix existe sur les « gros » modèles et il appartient, à chaque automobiliste de faire son choix.

Ce qui fait, qu’aujourd’hui, il ne reste plus que les moteurs à essence pour faire avancer nos voitures.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*