Accueil / Pourquoi / Le président de la SNCF est un homme qui n’a plus de chance

Le président de la SNCF est un homme qui n’a plus de chance

Guillaume Pepy, longtemps le numéro le numéro 2 de la SNCF, en charge de faire rouler les trains a fini par atteindre le niveau suprême, à la tête de notre de notre transporteur ferroviaire national.

Alors que les TGV ont réussi à évincer par leur rapidité et leur commodité, les liaisons aériennes régionales et que le nombre de voyageurs est en hausse sur tous les types de trains de grandes lignes, du TGV aux Intercités, en passant par les TER, soit 17 millions de voyageurs supplémentaires en 2017 par rapport à 2016.

Cependant, la SNCF croule sous les dettes, faute de dotations suffisantes des pouvoirs publics pour étendre et entretenir son réseau, des dettes qui devront atteindre 46 milliards d’euros à fin décembre 2017.

Dans ce contexte, on prête au gouvernement l’intention de préparer un « big banc » législatif pour 2018, une loi d’orientation des mobilités, qui devrait, d’après ce que l’on croit savoir, s’attaquer à quelques sujets porteurs de polémiques et de conflits sociaux.

Il faut s’attendre qu’il touche au modèle économique du TGV, à celui du fret ferroviaire, au statut des cheminots et à la restructuration de la dette de la SNCF.

Tout ceci s’inscrit dans une série de pannes, qui me fait dire que « Guillaume Pepi n’a pas de chance » et pour moi, un président qui n’a pas de chance, n’est pas un bon président, en sachant que ceci est valable pour tout responsable d’une fonction publique ou privée.

Pour ce qui est de la SNCF, dont il est le patron, le trafic ferroviaire a été interrompu le 26 décembre dû à une rupture de l’alimentation électrique, bloquant 3 000 voyageurs dans la matinée, à la Gare Saint Lazare.

C’est le quatrième incident qui vient paralyser une grande gare parisienne depuis cet été, c’est ce que l’on appelle la loi des séries, particulièrement ressentie à la Gare Montparnasse il y a peu, une explication dont les voyageurs ne peuvent pas se contenter.

Par ailleurs, plus de 2000 voyageurs munis de billets vendus sans réservation, sont restés bloqués, l’avant-veille de Noël, dans les gares de Bercy et d’Austerlitz à Paris, faute de trains.

Dans cette énumération de pannes graves, on ne parle que de la capitale alors que les autres régions n’ont pas été épargnées.

Il faut croire que quelque chose ne tourne pas rond à la SNCF et, si c’est un manque de chance, il faut savoir que la chance se sollicite et se mérite, elle tombe rarement du ciel.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*