Accueil / Réflexion / Le premier modèle de voitures électriques grand public vient d’arriver sur le marché américain

Le premier modèle de voitures électriques grand public vient d’arriver sur le marché américain

Il s’agit de la Tesla 3 dont le constructeur vient de livrer les premiers exemplaires avec un prix de départ, de 35 000 dollars, soit plus ou moins 30 000 euros, qui correspond au prix de vente moyen des voitures aux Etats Unis et qui bénéficie de 400 000 pré-commandes.

Ce prix n’inclut pas le système d’aide à la conduite, qui revient à 5 000 dollars, à ne pas confondre avec la conduite entièrement autonome, qui n’est pas encore, au point.

L’objectif de Tesla est de produire dès 2018, 500 000 voitures, puis 1 million en 2020, dans une usine géante inaugurée en début d’année dans le Nevada, une « gigafactory ».

Pour recharges les batteries de ses voitures, avec un crédit annuel permettant d’effectuer environ 1600 km, Tesla met en place un réseau de « super chargeurs » qui compte déjà 6 000 postes chargement dans le monde, en prévoyant de porter son nombre à près de 10 000 d’ici la fin de l’année, en sachant que le principal obstacle au développement des voitures électriques reste l’autonomie et les possibilités de rechargement des batteries.

Alors que vont faire les autres constructeurs, face à Tesla, embourbés dans le problème des diesels falsifiés, dont le marché est en train s’effriter et qui devraient être en mesure, notamment en France, de ne produire que des voitures propres, d’ici à 22 ans, en 2040, parole de Monsieur Hulot.

Les regards se tournent vers le Groupe Renault-Nissan- Mitsubishi, qui vient de passer, en nombre de voitures mises sur le marché, devant Toyota et Volkswagen, dont un grand nombre de voitures « low cost », fabriquées dans des pays à bas salaires.

On prête à Opel, qui vient d’être racheté par Peugeot et à Volkswagen la possibilité de sortir en 2018 de voitures électriques pouvant concurrence la Tesla 3, avec une autonomie garantie des batteries de 500 km.

L’arrivée en France d’une première vague de voitures électrique ne posera pas de problèmes dans l’immédiat, jusqu’au moment où le réseau électrique ne pourra plus faire face à une demande croissante, surtout si l’on arrête des réacteurs nucléaires qui l’alimentent, sans les remplacer.

Cependant, l’arrivée massive des voitures électrique bouleversera, par la force des choses, le programme de production d’énergie, tel que conçu dans le passé, mais jusqu’à présent il n’y avait pas lieu de s’en inquiéter.

Il ne faut pas prendre le risque de devoir fermer des stations de chargement des batteries, faute d’électricité.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com