IdéesInfosRéflexions

Pourquoi la blockchain va aussi disrupter le domaine du social 

Analía Ramos, Ingénieur Blockchain chez ConsenSys, et membre fondatrice de Positive Blockchain

La blockchain aura est indéniablement le sujet tech de ses dernières années. Après une période de hype qui accompagnait les cours tout à fait délirants des cryptomonnaies s’en est suivie une phase de scepticisme ou l’on attendait avec impatience et méfiance des « use cases » – applications concrètes, pour la blockchain. Quelque part au milieu, on a oublié que la blockchain n’est pas qu’une affaire privée. Elle disputera nos modes de vies dans leur globalité n’épargnant aucun secteur, y compris celui du social. 

Les quelques derniers mois l’ont bien mis en évidence, la blockchain n’est pas une solution miracle, elle ne résout pas tout de par sa simple présence. Constat qui peut paraître évident aujourd’hui, mais qui ne l’a peut-être pas toujours été pour tous, à voir certains titres de journaux datant de 2017 et 2018. Néanmoins, la blockchain reste une avancée qui, se greffant sur des initiatives préexistantes, pourra leur donner une efficacité supplémentaire.

Dans un monde où une personne sur sept ne possède pas d’identité légale et 1.9 milliard de personnes vivent avec moins de 2.84 euros par jour, aucune avance n’est à négliger.

Un peu de théorie pour commencer

La technologie blockchain possède un potentiel double : elle est à la fois incrémentielle et perturbatrice.

D’une part, la blockchain peut progressivement améliorer des solutions existantes, en amenant de la transparence et de l’efficacité à des systèmes jusqu’alors obscurs. Par exemple, une transparence vérifiable est nécessaire au sein de la philanthropie traditionnelle. Des start-ups comme AidCoin et Helperbit démontrent les avantages supplémentaires à l’utilisation du système de grand livre, comme la traçabilité des dons et l’évaluation d’impact.

D’autre part, la blockchain a le potentiel d’apporter un changement radical dans des situations où, par exemple, la collaboration avec des systèmes traditionnels n’est pas possible, car ils peuvent très bien être à l’origine du problème.

Un intérêt bien compris par les organisations internationales….

Chaque citoyen possède le droit d’avoir une identité. Le fait de ne pas posséder de pièce d’identité légale nuit à l’accès à l’éducation ou à l’emploi. Selon la Banque Mondiale, 1.1 milliard d’individus dans le monde n’ont pas de moyens de revendiquer leur identité.

Le programme alimentaire mondial a développé Building Blocks, un projet qui donne une identité numérique et biométrique à chaque réfugié. Cela permet entre autres le transfert de fonds aux réfugiés en Jordanie. Et l’Organisation des Nations Unies a aussi développé un système d’identification basé sur la blockchain, pour les enfants en République de Moldavie pour lutter contre le trafic d’enfants – Blockchain 4 Humanity.

…. ainsi que la société civile.

Les militants pour les droits de l’homme ont souvent besoin de garder des preuves et des informations sensibles afin d’appuyer leurs arguments face aux gouvernements, ou de protéger leur fonds ors les systèmes traditionnels pour éviter la censure

Le Sentry Project est un système d’alerte aux frappes aériennes dans les régions de Syrie qui sont sujettes à la violence aveugle. Le système utilise la blockchain pour prouver que les informations ne sont pas corrompues. Au cours des trois dernières années, ce projet a permis de réduire de 27 % la mortalité due aux frappes de ce type.

97% de climatologues et chercheurs publiant activement s’entendent pour dire que nous sommes confrontés au plus grand défi environnemental de notre existence. Bounties for the Oceans est un projet réalisé conjointement par The Bounties Network et Maker Dao qui galvanise l’action environnementale mondiale grâce à des primes basées sur les blockchains afin de favoriser un changement de comportement extensif et durable.

Bounties for the Oceans incite les communautés à s’organiser pour résoudre un problème local, en l’occurrence la pollution plastique sur la plage de Manille, aux Philippines. En créant un stimulus financier, elle éveille une forte motivation à agir pour préserver les ressources naturelles des plages, tout en protégeant une source d’emplois pour les générations présentes et futures. Les Bounties sont un outil dynamique d’organisation de l’action décentralisée sur la blockchain.

La liste des cas d’usages est encore longue, mais mon point n’est pas tant de les lister que de montrer leur existence. Si la blockchain ne peut pas résoudre les problèmes en elle-même, elle apporte une plus-value substantielle aux initiatives qu’elle vient appuyer.

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.