IdéesQuestionsRéflexions

Peut-on tout dire ou tout écrire ?

conversation0704A-t-on le droit d’aborder tous les sujets, de dire ce que l’on pense dans tous les domaines ?

La réponse n’a rien d’évident. De prime abord, elle peut être OUI, mais en réfléchissant elle peut être NON.

OUI, nous devons pouvoir parler ou écrire sur tous les sujets, qu’ils soient techniques, politiques, sentimentaux, religieux,…

Seulement, il existe des sujets plus sensibles que d’autres, mais pas uniquement dans des domaines qui peuvent conduire à des polémiques naturelles comme le politique.

À titre d’exemple, en France, dans un domaine purement technique, il existe une discussion sans fin sur la bonne traduction de « RiskManagement ». Certains le traduisent par « Gestion des Risques » et d’autres par « Maîtrise des Risques ». Et je puis vous assurer que j’ai assisté à des discussions très vives sur le sujet.

Il n’y a donc pas de domaines où l’on peut s’exprimer sans risquer de froisser certaines personnes.

En plaisantant, certains disent que pour ne pas prêter à polémique, il suffit de parler de la pluie et du beau temps.

Et bien je n’en suis même pas certains ! Certains peuvent rebondir sur le réchauffement climatique, des prévisions météo qui ne serait pas fiable. Enfin nombre de sujets auxquels on ne pense pas et qui peuvent rendre le débat houleux.

Dans ces conditions peut-on vraiment s’exprimer en public (que ce soit devant un petit comité ou un vaste auditoire).

NON, car on risque toujours de heurter la sensibilité de certains.

A la limite, les sujets les plus anodins, risques d’être les plus dangereux, car se sont ceux, où l’on prêtera le moins d’attention en les abordant.

Il est évident que si je parle du dernier roman à la mode ou du dernier film, je m’exprimerai plus naturellement, que si je parle de la deuxième Guerre Mondiale et d’Adolf Hitler, ou des Attentats en France de janvier 2015, où je pèserai mes mots et mes expressions. Pour être certains que mes propos ne prêtent pas à confusion.

Pourtant, dans les deux cas, de manière totalement différente (avec un fond ludique dans le premier et fond très lourd de sens dans le second), je peux arriver à choquer et à provoquer des discussions violentes.

Alors, dans ces conditions nous ne pouvons plus rien dire, plus aborder aucun sujet !

Au contraire, comme tous les sujets peuvent porter à polémiques, alors nous pouvons parler de tout.

Simplement, quel que soit le sujet, nous devons faire attention aux mots que nous employons et toujours savoir qu’il peut y avoir une réaction des auditeurs ou des lecteurs. Il faut l’accepter et ne pas s’en formaliser.

En parlant je vais donner une forme à mes propos, or la forme peut (souvent) altérer le fond.

Après tout l’intérêt d’une conversation est que tout le monde ne soit pas d’accord, quitte à ce que le débat soit animé. Il faut simplement savoir s’arrêter à temps, pour éviter que certains tiennent des propos qui regretteraient par la suite, en ayant été emporté dans le flux du débat.

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.