Réflexions

Je ne comprends pas le mauvais classement mondial des universités françaises

Au classement de Shanghai, publié le 15 août, qui fait référence en la matière, deux universités parisiennes seulement figurent parmi les 100 premières classées aux 40e et 41e places et on trouve l’École normale supérieure à la 69e place.

Alors qui est responsable de ce mauvais résultat, la qualité de l’enseignement où le niveau des étudiants ?

Je n’ai pas la réponse.

Je me souviens de mes études à la Faculté de Droit et des Science économiques de l’Université de Paris, Place du Panthéon, aujourd’hui Paris 1, où j’avais l’impression de me trouver au temple du savoir.

En première année, après le largage de ceux qui s’étaient inscrits en droit par erreur, l’ambiance était au travail, les garçons en costume cravate et les quelques demoiselles dans une tenue discrète.

La vie universitaire n’était pas triste pour autant, garçons et filles se retrouvaient régulièrement entre deux cours chez Capoulade, Boulevard Saint Michel.

Certes le monde a changé et les étudiants que je croise dans mon quartier, qui sortent de toutes sortes « d’écoles supérieures privées » n’ont pas la même allure que les étudiants de mon temps.

Alors, pourquoi Harvard arrive en tête, devant Stanford, une autre université américaine, suivie de l’anglaise Cambridge ?

On dit que c’est l’argent, que ces universités qui recrutent sur titres, sont aussi très chères et obligent beaucoup d’étudiants de s’endetter pour de longues années, pour payer leurs droits d’inscription, si leurs parents n’en ont pas les moyens.

Alors, après avoir déboursé 30 000 euros ou plus de droits d’inscription pour une année, il ne s’agit pas de la rater.

Cette explication ne doit pas être la bonne puisque Zurich, la première université suisse au palmarès, où les études sont loin d’être gratuites, n’est qu’à la 19ème place du classement mondial.

Alors je repose ma question, ça pèche par où chez nous, sommes-nous devenus si mauvais au plan de l’enseignement où au niveau des étudiants ?

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.