InfosRéflexions
A la Une

Mauvais emploi des assistants parlementaires

Il est souvent reproché aux élus de faire un mauvais emploi de leurs assistants parlementaires.

L’usage veut de financer sur fonds publics le recrutement d’un assistant, généralement un/e jeune juriste à l’esprit ouvert pour assister un élu dans ses taches juridiques et administratives, de recherche de documentation, pour lui faciliter ses interventions, de répondre à son courrier, c’est l’usage en France mais aussi à Bruxelles au profite des parlementaires européens.

D’ailleurs, un certain nombre d’hommes politiques ont commencé leur carrière comme assistant politique, ce qui prouve que c’est une bonne école

Dès qu’il s’agit d’argent, il y a des aigrefins qui flairent la bonne affaire, certains pour recruter des proches (qui n’ont pas le profil) et, à cet égard, il y a une affaire qui a très mal tournée en France il y a quelques années, avec des conséquences sur la vie publique, des procès en cours, qui justifient que nous n’en parlons pas ici pas ici.

Précisons qu’il s’agit de fonds publics et que leur détournement est puni par la loi peu importe qui en a profité.

Cependant, l’abus le plus pratiqué est de faire travailler l’assistant pour le parti auquel appartient l’élu pour lequel il est censé travailler, car les partis politiques, de tous bords, n’ont jamais assez d’argent.

Nombreux élus et chefs de partie ont maille à partie avec la justice à cet égard et il semble que la Communauté européenne est la plutôt pointilleuse dans ce domaine.

Nous n’avons pas d’éléments d’information sur la nationalité des eurodéputés pris la main dans le « pot de confiture » ni leur nombre, par contre, nous connaissons les Français, en tout une vingtaine de personnes, qui contestent énergiquement, comme c’est leur droit, d’être, impliqué dans un tel système.

Précisons qu’ils sont réputés innocentes, tant qu’elles n’ont pas été condamnées définitivement, ce qui prend généralement du temps.

Aujourd’hui l’étaux resserre autour d’un parti en France, proche du pouvoir, dont des membre s’influant ont dû renoncer à des fonctions électives , dont le président , qui est soupçonné d’être responsable de l’ensemble du système, au profit de son parti, sans enrichissement personnel.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer