Accueil / Réflexions / Mais si

Mais si

Mais si c’est possible un patron qui raisonne entreprise, salariés, favorise l’ancienneté et partage les bénéfices.

En contre-partie il obtient ce que d’autres essaient d’obtenir en se murant muraille de Chine en France et Navarre.

Il obtient des salariés fidèles, qui se donnent pour une entreprise qu’ils considèrent communes même s’ils ne leur viennent pas à l’idée de contester la place du patron.

Bien entendu, notre impérieux je sais tout flanqué d’un frappeur de premier collaborateur devrait en tirer conclusions optimistes sur la nécessité d’unir égalitairement les forces de toute part afin de combattre ce cancer qu’est la mal rémunération et ses dommages pas si collatéraux que cela le chômage, la misère et la peste brune.

Mais, non, il ne le fera pas car il n’a pas appris à la grande école des gagnants que le vrai vainqueur est celui qui fraternise et non qui humilie, supplicie l’autre dévoré qu’il est en définitive si petit de son être.

Et pourtant il a été élu comme le messie de celui qui fera autrement ce que les autres n’ont pas su faire.

Mais comment faire lorsque l’on a été élu sur un quiproquo ma chair chère, seuls douze pour cent voulaient dès le début sa peau à l’Élysée, les autres ne le fait qu’à contre-cœur à défaut de meilleur combattant trop occupé à se déchirer une dépouille qui s’est échappée.

Mais on ne peut passer son temps à changer les noms des rues pour arranger ses gens et en même temps comprendre les vrais gens et leur préoccupation qui n’est certes pas de se poser de savoir quel valet mettre à son pied.

Toutefois, il faut bien le dire celle que je préfère c’est « dans les gares, il y a les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ».

On ne sait pas trop ce qu’il entend par « réussissent » mais l’on devine bien comparé à « gens qui ne sont rien ».

Gens qui rient, gens qui pleurent, rirera bien celui qui pleure le premier.

La partie ne fait que commencer, souhaitons qu’il ne sorte pas de son formol…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*