Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Les premiers essais chez l’homme d’un vaccin contre le Covid-19 ont commencé

Tous les grands groupes pharmaceutiques se sont lancés dans la course, ainsi qu’une multitude de biotech, ce qui fait que d’autres essais sur l’homme commenceront, ce qui permettra, pour ceux qui seront concluant, le lancement d’une production au bout de 18 mois plus tard.

Pas moins de 116 candidats vaccins ont été recensés, dont ceux de Sanofi et de l’Institut Pasteur, avec des résultats attendus avant mi 2021, mais une fois la fabrication lancée, cela peut aller très vite, car les moyens techniques et l’argent ne manqueront pas.

Le 19 avril, lors de son intervention à la télévision, aussi anxiogène que d’habitude, Édouard Philippe a prévenu « Les Français devront apprendre à vivre avec le virus » encore de longs mois, il avait déjà dit la même chose auparavant, faute d’un vaccin et d’un médicament reconnu.

D’ici là, seuls 10 % des Français auront été infectés par le Sars-CoV-2, protégés par le confinement, et pourraient donc peut être immunisés, très loin du seuil de 60 % que les épidémiologistes estiment nécessaires pour enrayer l’épidémie, ce qui peut prendre des années si la pandémie suit son cours.

En l’absence de médicaments efficaces pour atténuer l’impact du coronavirus, sans effets secondaire, le vaccin représente la meilleure piste pour atteindre cette immunité collective.

L’objectif des infectiologues est de trouver un vaccin qui soit assez spécifique pour générer une réponse immunitaire ciblée sur ce virus et une immunité durable dans le temps, maintenant si ce virus devait muter, comme celui de la grippe saisonnière, nous serions dans la même situation que vis-à-vis de celui-ci, avec l’obligation de réajuster le vaccin, à son rythme, en fonction de son évolution prévisible.

Dans cette course contre la montre, les Etats-Unis semblent tenir la corde, du moins pour ce qui est des sommes investies, la Biomedical Authority, une agence de département américain de la santé a promis d’allouer près d’un demi-milliard de dollars au développement d’une biotech, basée à Cambridge dans le Massachussetts, qui a mis au point son candidat de vaccin, dès le début du mois de mars.

La phase 1 des essais cliniques, qui en compte trois a démarré le 16 mars avec trois cohortes de volontaires en bonne santé, afin de valider l’innocuité du vaccin avec trois doses différentes, une phase deux devait suivre avant l’été avec des dizaines de volontaire, puis une phase 3, à l’automne avec des centaines de participants

L’efficacité du vaccin sera jugée par sa capacité à susciter une réaction immunitaire protectrice, en comparant les anticorps présents chez les sujets vaccinés à celui observé chez des personnes ayant été infectées par le coronavirus.

Si les anticorps neutralisent bien le virus, il y aura de bonnes chances d’avoir le vaccin.

Cette approche de masse ne doit pas décourager ceux qui n’ont pas les mêmes moyens.

Booking.com

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.