InfosRéflexions
A la Une

Les festivals de musique estivaux sont purement et simplement menacés d’annulation

Il est difficile de faire autrement pour les principaux d’entre eux, qui se tiennent chaque année, à la même époque et sur les mêmes lieux, qui ont leur public, les différerer pose un problème de disponibilité, des lieux, des artistes et de son public, pour cette raison, les organisateurs sont suspendus jusqu’au dernier moment possible aux décisions gouvernementales, avant d’en annoncer son annulation.

Le premier festival annulé a été celui du rock britannique et européen qui du 24 au 28 juin devait fêter son 30èmeanniversaire à Glastonbury.

C’est ainsi, dans la foulée des annulations en a appris, que la France, terre des festivals de musique en comptait près de 1800 en étant devenu un secteur essentiel du spectacle vivant.

Du bilan réalisé sur le site Touslesfestivals.com, il résulte que les 100 plus gros évènements du genre, dont plus de 80 % ont lieu en été, avaient réunis en 2018 plus de 7 millions de spectateurs, un engouement qui a permis le développement d’écosystèmes irriguant le tissu culturel, social et économique, tout en fournissant des heures de travail à des milliers d’intermittents, qui cette année ferra défaut.

Les promoteurs de ces évènements vivent dans l’incertitude à l’heure du confinement, en naviguant à vue, disent-ils, en étant suspendus à l’évolution des mesures gouvernementales, dont certains, devront décider le 15 avril, après il sera trop tard, notamment pour les Vieilles Charrues, qui doit rassembler près de 280 000 personnes à Carhaix dans le Finistère, du 16 au 19 juillet.

La saison des festivals commence à la fin du printemps, quelques semaines après l’annonce de l’annulation du Printemps de Bourg, programmé du 21 au 26 avril, les festivals du mois de mai sont compromis.

Les Lyonnais de Nuits sonores viennent d’annoncer que leur édition 2020 serait décalée du 22 au 26 juillet, alors qu’elles devaient se tenir en mai, de la musique électronique dans différents lieux de Lyon, plus facile à déplacer, que des vedettes internationales, un rare exemple de mobilité.

Booking.com

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.