Accueil / Réflexions / L’épisode orageux n’est pas terminé

L’épisode orageux n’est pas terminé

Une succession d’orages particulièrement violents, avec des chutes de grêle s’est abattue sur la France et risque de se poursuivre encore pendant quelques jours, selon les prévisions de Météo France.

Des milliers d’hectares de vigne ont été ravagés dans le Bordelais et l’équivalent d’un mois de pluie s’est abattu, en une demi-heure dans le Finistère, sur la ville de Morlaix, un exemple parmi d’autres, avec des dégâts difficiles à imaginer.

Les rafales de vent ont parfois dépassé les 100 km/h et aucune région n’y a échappé, du Hauts de France à l’Occitanie, en passant par l’Île de France et la Bretagne, c’est l’occasion de se familiariser avec les changements de nom et es regroupements récents des régions françaises.

Depuis le 21 mai, la cadence soutenue des orages, hormis de rares accalmies, n’a jamais faibli, ce qui fait que le mois de mai, selon les statistiques de Météo France, est de loin le plus orageux enregistré depuis les années 2000 et l’installation des capteurs de foudre.

En mai, la foudre a frappé à 182 000 reprises, contre 84 000 en mai 2009, le précédent record, que nous devons aux hautes pressions continentales, qui empêchent les circulations dépressionnaires des moyennes latitudes de s’établir de façon normale.

L’interaction entre les zones dépressionnaires et l’air chaud et humide favorise l’instabilité et la formation de nuages orageux sur la France.

Cependant, les climatologues ne se prononcent pas sur la possibilité à laquelle on pense automatiquement, que ce phénomène climatique est exacerbé par les émissions de gaz à effet de serre, dû aux activités humaines.

Cet épisode orageux, en lui-même n’est pas exceptionnel, alors qu’en ce moment, où j’écris ces lignes, toutes les conditions sont réunies pour un orage, qui arrivera ou qui n’arrivera pas, là où je me trouve.

Par contre, une étude américaine dans Science, qui remonte à 2014, rattache l’augmentation du nombre de coups de foudre au réchauffement climatique, estimé à près de 12 %, pour chaque degré de température supplémentaire.

Cependant, il est acquis que l’intensité des pluies, documentée dans le dernier rapport du GIEC, est une conséquence du dérèglement climatique.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.