Accueil / Politique / Légalisation du cannabis : un faux problème

Légalisation du cannabis : un faux problème

cannabis1304Depuis quelques jours on entend parler d’une possible légalisation du cannabis et là c’est un sujet dont la gauche peut parler et légiférer étant plus permissive et moins réactionnaire que la droite.

Je peux en parler en étant un simple observateur de temps n’étant ni fumeur de tabac, ni fumeur de cannabis, ni fumeur de quoi que soit.

Mais, de savoir si le cannabis est dangereux ou pas, s’il faut légaliser ou non est de faux problème.

Selon une étude menée en 2014 par l’OFDT (Office Français des Drogues et des Toxicomanies), 42 % des adultes âgés de 18 à 64 ans déclarent avoir déjà consommé du cannabis au cours de leur vie (contre 33 % selon la même étude menée en 2010). Plus d’hommes, 50 % ont expérimenté, que de femmes (33 %).

Soit le pourcentage a augmenté en 4 ans, soit les gens interrogés sont plus honnêtes dans leurs réponses.

Toujours selon l’OFDT, 11 % des 18-64 ans fumeraient au moins une fois par an du cannabis, 6 % au moins une fois par mois, 3 % de manière régulière et 2 % tous les jours.

La classe d’âge la plus concernée sont les 18-25ans, 4 % seraient des fumeurs quotidiens, 8 % réguliers, 17 % au moins une fois par mois et 28 % au moins une fois par an.

Puis, les 26-35 ans 3 % seraient des fumeurs quotidiens, 5 % réguliers, 11 % au moins une fois par mois et 17 % au moins une fois par an.

Plus on avance en âge et moins la fumette est régulière.

Le pourcentage est négligeable par rapport aux fumeurs de cigarette, 33 % des 12-75 ans fument ne serait-ce que de temps à autre.

Quoi qu’il en soit les consommateurs de cannabis existent et représentent un pourcentage significatif de la population.

D’ailleurs je crois que la gauche l’a bien compris en remettant la possible légalisation du Cannabis sur le tapis à un an de la présidentielle.

Certains disent que la légalisation du cannabis augmentera le nombre de consommateurs.

Tous ceux qui veulent en fumer peuvent trouver. Il y a tellement d’émissions à la télé sur le sujet, nous montrant comment et où ce type de drogue se vend. Et puis, il y a la solution d’avoir son plant de Marijuana chez soi.

Donc, il n’est pas certains que la légalisation augmente significativement le nombre de consommateurs.

Par ailleurs, en France nous avons le réseau de vente qui est déjà en place, ce sont les buralistes. Qui générerait un chiffre d’affaires supplémentaire (eux qui se plaignent de la baisse du nombre de fumeurs de tabac) et ferait entrer des taxes dans les caisses de l’Etat.

Cela pourrait même créer une nouvelle filière agricole, je suis persuadée que le cannabis pourrait être cultivé en France ?

Par contre, ceux qui seraient pénalisés par la légalisation du cannabis, sont tous ces réseaux clandestins de vente de drogues, qui perdraient leurs clients. Un peu comme aux États-Unis, à la fin de la prohibition réautorisant la vente et la consommation d’alcool.

Par ailleurs, j’ai lu que certains réseaux clandestins commercialisaient des produits de mauvaises qualités, des résines pouvant contenir d’autre substance que simplement du cannabis. Même si le produit est illicite, c’est le devoir de l’Etat de protéger les consommateurs. Mais son un produit interdit, il n’y a pas de solutions.

Bien entendu, si le cannabis était légalisé, il faudrait en encadrer la consommation, rappeler – comme pour l’alcool – l’interdiction d’en consommer avant de prendre le volant, l’interdiction pour les mineurs,….

Mais, la légalisation du cannabis est un faux problème, c’est une drogue qui est consommée de manière régulière par nombre de Français. Il faut simplement légiférer pour prendre en compte un fait, le légaliser et en encadrer la vente et la consommation, c’est tout.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel. En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles. Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com). Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Un commentaire

  1. Moi non plus, je ne fume pas !!
    Par contre, c’est une véritable hérésie que de laisser perdurer la situation actuelle, d’autant plus que cela génère une rente de situation aux malfrats de toutes sortes qui ne se gênent pas pour frelater leurs produits.
    En fait, légaliser le cannabis comme cela est le cas pour le tabac et l’alcool aurait beaucoup d’avantages:
    pour décider le gouvernement, revoir la situation de certains états d’Amérique qui ont vu les capitaux affluer et disparaitre les malfrats.
    Beaucoup de malades utilisent cette herbe pour les soulager; et c’est beaucoup plus efficace que certains médicaments.
    Voici pour les principaux de mon point de vue.
    Est-ce que cela provoquera une inflation de consommateurs, poussera certains à aller vers des drogues plus dures ? Peut-être, mais, je ne le pense pas vraiment surtout si la production et l’usage du cannabis est mieux contrôlé que le tabac et alcool….
    A+
    JC

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com