Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Le vapotage n’est pas sans risques au grand dam des fabricants

L’alerte est venue des États-Unis où les critiques sur le vapotage sont de plus en plus vives, au point que les autorités de santé américaines ont annoncé que sept personnes sont décédées et que 530 ont développé de graves maladies pulmonaires après avoir vapoté.

Depuis, les ventes d’e-cigarettes, comme on désigne désormais les cigarettes électroniques ont reculé et les pressions législatives et politiques se multiplient dans certains pays et pas uniquement aux États-Unis , ainsi l’Inde et l’État américain du Massachusetts ont décidé d’interdire la vente d’e-cigarettes et deux autres États, New York et Michigan ont prohibé les e-cigarettes aromatiques, qui seront interdites dans l’ensemble des États-Unis, a annoncé personnellement le président Donald Trump.

Dans ce contexte, la cigarette électronique n’est peut-être pas l’eldorado rêvé des industriels du tabac, déjà fragilisés par la chute des ventes des cigarettes traditionnelles, ces derniers misent sur la cigarette électronique.

C’est dans ce contexte que le britannique Impérial Brands a revu en baisse ses prévisions de bénéfice en indiquant les problèmes des e-cigarettes rencontrés aux États-Unis, de nature à remettre en cause son modèle économique.

Au vu d’un marché difficile pour les produits de la nouvelle génération aux États-Unis et le changement des prévisions sur les autres continents, le chiffre d’affaires pour l’année comptable qui s’est achevée le 30 septembre pour ce groupe est attendu en hausse de 2% seulement, contre une fourchette haute de 4%.

L’action de ce malheureux cigaretter a dévissé en bourse de Londres de près de 13%.

 Même s’il se dit déçu par ces résultats, un analyste d’Imperial Brand estime que les produits de vapotage représentent une opportunité importante de croissance en complément des activités de tabac.

Cependant, les incertitudes qui pèsent dorénavant sur la vapotage viennent de faire capoter les projets de fusion entre Philip Morris et Altria, fortement impliqué aux États-Unis.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer