InfosRéflexions

Le tout premier vaccin autorisé contre l’Ebola est de fabrication américaine

Dave Reynolds - Share America

La société pharmaceutique américaine Merck & Co. a obtenu la première autorisation réglementaire de mettre sur le marché un vaccin contre le virus Ebola, un avantage majeur dans la lutte contre la maladie mortelle qu’il transmet.

La décision de la Commission européenne, annoncée le 10 novembre, marque une étape importante sur la voie de l’autorisation totale du vaccin Ervebo de Merck, destiné aux personnes de plus de 18 ans. Elle survient en plein milieu d’une flambée d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) qui a fait plus de 2 100 morts depuis l’an dernier.

Bien que l’autorisation porte sur la mise du vaccin sur le marché de l’Union européenne, Ervebo est déjà dispensé en RDC à titre compassionnel pour protéger les personnes les plus à risque, y compris les travailleurs de la santé et autres personnes en contact avec des patients d’Ebola, selon un communiqué de l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Le directeur exécutif de l’EMA, Guido Rasi, a qualifié l’autorisation « d’étape importante qui viendra alléger le fardeau de cette maladie mortelle », soulignant que le vaccin Ervebo va sauver des vies dans les pays où sévit le virus.

Le 12 novembre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a préqualifié Ervebo, ce qui permettra aux agences des Nations unies et à l’Alliance GAVI pour la vaccination d’acquérir le vaccin aux fins de distribution dans les pays à risque. L’OMS œuvre de concert avec plusieurs pays africains, par le biais du Forum africain pour la réglementation des vaccins, pour procéder aux enregistrements et homologations nécesssaires.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est félicité des progrès réalisés : « Il y a cinq ans, a-t-il déclaré, nous n’avions ni vaccin ni traitement contre Ebola. Avec l’arrivée d’un vaccin pré-qualifié et des traitements expérimentaux, la maladie est désormais évitable et les malades peuvent être soignés. »

Les États-Unis sont le pays donateur le plus important pour la lutte contre Ebola, notamment grâce à leur soutien à hauteur de 266 millions de dollars en aide humanitaire et en préparation aux urgences, fourni par le biais de l’Agence des États-Unis pour le développement (USAID) à la RDC et aux pays voisins depuis août 2018.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer